Exclusif

Camionnage: Ottawa pressé de «discipliner» les délinquants

« Notre industrie continue d'avoir un problème d'image, aux... (Photo David Boily, Archives La Presse)

Agrandir

« Notre industrie continue d'avoir un problème d'image, aux yeux du public, à cause de ces ti-counes qui opèrent des compagnies de camionnage de façon tout à fait irresponsable », estime Marc Cadieux, PDG de l'Association du camionnage du Québec.

Photo David Boily, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yvon Laprade
La Presse

Pour réduire le nombre d'accidents sur nos routes et rendre le travail des camionneurs plus sécuritaire, l'industrie du camionnage à travers le pays demande à Ottawa d'imiter les États-Unis et d'adopter une réglementation visant à « discipliner » les transporteurs routiers délinquants, a appris La Presse.

AMÉLIORER LA SÉCURITÉ ROUTIÈRE

« Nous croyons que le temps est venu d'appuyer sur l'accélérateur, pour les bonnes raisons, et de mettre en place les conditions nécessaires afin que tous les transporteurs par camion équipent leur flotte avec des carnets de route électroniques [logbooks] », explique Marc Cadieux, PDG de l'Association du camionnage du Québec. Selon lui, ces enregistreurs électroniques permettant de comptabiliser les heures de conduite, le temps des pauses et la vitesse de croisière, notamment, sont des outils efficaces qui peuvent contribuer à améliorer la sécurité sur nos routes, « tout en évitant que les camionneurs roulent au-delà des temps permis ».

DES ENTREPRENEURS IRRESPONSABLES

Selon les estimations de l'Association du camionnage du Québec, « un fort pourcentage » d'entreprises de transport sont déjà à l'ère des enregistreurs électroniques. « Les grandes entreprises comme Groupe Robert, Groupe Guilbault et TransForce encadrent bien les heures de service de leurs chauffeurs, rappelle Marc Cadieux. Mais notre industrie continue d'avoir un problème d'image, aux yeux du public, à cause de ces ti-counes qui opèrent des compagnies de camionnage de façon tout à fait irresponsable. » Il ajoute : « Ces gars-là savent comment débarrer les camions pour qu'ils roulent au-delà de 105 kilomètres à l'heure. On les voit, ces camions qui dépassent les automobiles sur les voies rapides ! »

RÉFORMER LA LOI

À Québec, le ministre des Transports, Laurent Lessard, croit qu'il faudra privilégier une « stratégie à grande échelle » pour en arriver à une réglementation qui répondra aux attentes de l'industrie du camionnage. Le ministre rappelle que des consultations ont eu lieu en vue de réformer en profondeur la Loi sur la sécurité routière, au Québec, et il souligne au passage que le dossier du camionnage risque d'en faire partie. « L'objectif est d'améliorer le bilan routier, et un rapport sera bientôt déposé par la SAAQ [Société de l'assurance automobile du Québec], en ce sens », souligne de son côté l'attaché de presse du ministre, Mathieu Gaudreault.

SE CONFORMER AUX RÈGLES AMÉRICAINES

Aux États-Unis, les « logbooks » électroniques seront obligatoires à compter du 19 décembre 2017. Concrètement, cela signifie que les camionneurs canadiens qui vont traverser la frontière devront se conformer s'ils veulent circuler sur le bitume américain. Au Canada, tout indique qu'il faudra attendre au printemps 2019 pour une nouvelle réglementation. « On aurait souhaité que le ministre des Transports, Marc Garneau, devance cet échéancier, étant donné qu'une telle mesure fait déjà consensus au sein de notre industrie », précise Marc Cadieux, qui siège également au Conseil canadien des administrateurs en transport motorisé.

TRANSPORTS CANADA ÉTUDIE LES OPTIONS

Dans un envoi courriel transmis à La Presse, Transports Canada confirme avoir « tenu un processus de consultation officieux », au cours de l'été 2016, en vue de la mise en place de nouvelles règles du jeu dans le camionnage. « Les commentaires recueillis pendant cet exercice orienteront les prochaines étapes », écrit Natascha Gauthier, conseillère principale, relations médiatiques. Est-ce qu'Ottawa pourrait aller de l'avant plus rapidement pour suivre la même route que nos voisins du Sud ? « Transports Canada considère les options avant d'entamer les prochaines étapes, a-t-elle répondu. Cependant, toute modification devrait s'harmoniser, dans la mesure du possible, avec les règles finales des États-Unis. »

« TRÈS FORTE PRESSION » DES EXPÉDITEURS

Chose certaine, l'industrie du transport, au Québec, en Ontario ou ailleurs dans les provinces canadiennes, qui vient de lever un drapeau rouge sur cet enjeu de sécurité touchant les camionneurs, continue de déplorer que « trop de transporteurs opportunistes » font travailler leurs chauffeurs dans des conditions irrespectueuses, voire dangereuses. « Ces délinquants nous livrent une concurrence déloyale et illégale en trichant et en faisant fi du gros bon sens », accuse Marc Cadieux. Il croit en outre que les enregistreurs de bord donneront des arguments aux transporteurs, qui affirment subir « une très forte pression » venant des expéditeurs, qui leur demandent de livrer la marchandise plus rapidement, « mais sans ajuster leurs prix en conséquence ».

INTÉRÊT POUR LES « BOÎTES NOIRES »

Une entreprise de camionnage qui veut faire installer des carnets de route électroniques dans ses véhicules peut s'attendre à débourser, en moyenne, 2000 $. « Ça comprend la boîte noire, le logiciel et une tablette robuste, explique Joël Millard, du Groupe Millobit. Il faut bien sûr relier tout le système de données avec le moteur. » Selon lui, un nombre grandissant d'entreprises de transport par camion « manifestent de l'intérêt » pour ces carnets de route. « Tous sont conscients que ça va devenir une obligation, au Canada, dit-il. Les transporteurs s'informent, et plusieurs passent à l'action. » L'entreprise lavalloise vise le marché des compagnies de transport de 5 à 50 camions.

MOINS D'ARGUMENTS POUR LES FAUTIFS

L'obligation de se conformer ne laisse pas indifférents les chauffeurs de camion. Sur son blogue « Bigtruck, chauffeur routier au Canada », un camionneur y voit beaucoup d'avantages. Il croit toutefois que les délinquants vont toujours tenter de déjouer le système. « Mais le e-log n'empêchera pas le camion d'avancer si le chauffeur décide malgré tout de continuer à conduire après ses heures légales », résume-t-il. Il estime néanmoins que les fautifs auront peu d'arguments face aux contrôleurs routiers et « pour éviter le ticket et la mise hors service ».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer