Le Manitoba aux prises avec un afflux de réfugiés venant des États-Unis

Un écriteau rappelant l'interdiction d'entrer au Canada sans... (PHOTO JOHN WOODS, LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Un écriteau rappelant l'interdiction d'entrer au Canada sans passer par le poste-frontière est installé près d'Emerson, au Manitoba. Quelques dizaines de réfugiés sont entrés illégalement au Canada au cours de la dernière semaine dans ce secteur bordant la frontière des États du Minnesota et du Dakota du Nord.

PHOTO JOHN WOODS, LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
WINNIPEG

Le premier ministre du Manitoba a indiqué lundi que son gouvernement discute avec Ottawa des façons de composer avec un afflux de réfugiés en provenance des États-Unis depuis un certain temps.

Brian Pallister n'a pas donné plus de détails sur ces discussions, mais il soutient avoir eu un entretien téléphonique à ce sujet avec le cabinet du premier ministre Justin Trudeau.

M. Pallister explique que son gouvernement souhaite assurer la sécurité des Manitobains, mais aussi le bien-être de ces gens qui franchissent la frontière pour trouver refuge dans la province.

Ces migrants doivent affronter des températures glaciales et une nature inhospitalière, à l'écart des routes et des postes frontaliers, pour éviter d'être renvoyés aux États-Unis. En décembre, deux personnes originaires du Ghana ont subi de graves engelures en franchissant la frontière près d'Emerson.

En fin de semaine dernière, 21 personnes ont été arrêtées près du poste-frontière d'Emerson, à une centaine de kilomètres au sud de Winnipeg. Selon la police, elles ont été amenées au bureau de l'Agence des services frontaliers du Canada, où elles ont pu demander officiellement le statut de réfugié.

Plusieurs de ces nouveaux arrivants sont originaires d'Afrique et vivaient aux États-Unis, mais ils craignent maintenant les mesures anti-immigration de la nouvelle administration Trump à Washington.

Les autorités canadiennes ont signalé un tel afflux de réfugiés en provenance des États-Unis ailleurs au pays, notamment au Québec et en Colombie-Britannique. Selon la Gendarmerie royale du Canada, c'est le Québec qui connaît la plus importante augmentation de migrants en provenance des États-Unis ces derniers temps.

En vertu de l'Entente canado-américaine sur les tiers pays sûrs, le Canada n'admet pas les migrants qui ont déjà demandé le statut de réfugié aux États-Unis. Les personnes sans statut aux États-Unis peuvent toutefois demander le statut de réfugié au Canada s'ils réussissent à y entrer.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer