Exclusif

Des espions ont regardé de la pornographie au travail pendant six mois

Trois employés du Centre de la sécurité des... (PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Trois employés du Centre de la sécurité des télécommunications se sont fait prendre à regarder du matériel pornographique au travail depuis 2013.

PHOTO SEAN KILPATRICK, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Des employés de l'agence d'espionnage électronique canadienne, le Centre de la sécurité des télécommunications (CST), se sont fait prendre à trois reprises à regarder du matériel pornographique depuis 2013. Ces experts en espionnage triés sur le volet visionnaient de la pornographie à l'insu de leur employeur depuis plus de six mois dans deux cas, a appris La Presse.

Ces infractions démontrent de « graves problèmes au niveau de la gestion » de l'organisme national de cryptologie, soutient l'ancien cadre des services secrets canadiens Michel Juneau-Katsuya. « S'ils ne savent pas que des employés mal intentionnés ont la dérive d'aller sur des sites pornos, comment peuvent-ils savoir que des employés encore plus malicieux vont sur des sites radicaux, islamiques ou néofascistes », s'alarme l'expert en renseignement.

En mars 2016, un employé de l'agence d'espionnage a été suspendu six jours pour avoir « accédé à des photos inappropriées/pornographiques pendant 6-8 mois » en utilisant les réseaux du CST, résume un document obtenu en vertu de la Loi sur l'accès à l'information. En octobre 2014, un employé a écopé d'une suspension de 10 jours pour avoir « regardé des images de matériel pornographique en utilisant les réseaux et systèmes du CST » de janvier à juillet 2014. L'année précédente, un employé s'en était tiré avec une lettre de réprimande pour avoir « accédé avec succès à du matériel pornographique » au travail. Le document ne précise pas s'il s'agit du même employé fautif ou de trois employés distincts.

Impossible non plus de savoir pourquoi l'organisation a pris plus de six mois pour pincer ses employés. « Il y a un certain laxisme de la part de la sécurité qui est troublant. C'est vraiment troublant ! Si c'est un seul employé qui se fait prendre trois fois, on a un sérieux problème au niveau de la gestion. À trois reprises, il va enfreindre son serment d'intégrité. Si c'est trois individus, on a un problème dans l'organisation. Est-ce qu'il y en a d'autres qui n'ont pas été pris ? », s'interroge Michel Juneau-Katsuya, un ancien cadre du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), l'autre grande agence d'espionnage.

Le Centre a refusé de nous accorder une entrevue. « Le CST s'attend à ce que ses employés respectent la Politique sur l'utilisation acceptable des dispositifs et des réseaux du gouvernement du Canada, de même que les politiques internes sur l'utilisation appropriée des dispositifs et des réseaux électroniques du gouvernement », a indiqué par courriel le service des communications du CST.

Des employés triés sur le volet

Le Centre de la sécurité des télécommunications n'est pas une agence fédérale comme les autres. Ses activités secrètes sont méconnues du public et ses pouvoirs d'espionnage sont étendus en vertu de la Loi antiterroriste et de la Loi sur la défense nationale. Ses trois mandats ratissent large : protéger les renseignements et les réseaux du gouvernement, acquérir et fournir des renseignements électromagnétiques étrangers et aider les autres organismes de sécurité nationale. Ainsi, le CST peut intercepter des communications privées pour obtenir des renseignements étrangers, mais n'est pas autorisé à espionner un Canadien.

Les employés du CST doivent obtenir une cote de sécurité « Très secret » pour être embauchés. Ils doivent également subir une évaluation psychologique et passer un test polygraphique. Or, une majorité d'employés du Centre détiennent une cote encore plus élevée, soit « Très secret AS [Activités spéciales] », explique Michel Juneau-Katsuya. « Ces gens sont supposés avoir une cote de sécurité basée sur leur fiabilité, leur loyauté et leur intégrité. On conviendra que l'intégrité vient de prendre du plomb dans l'aile », ajoute-t-il.

- Avec William Leclerc




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer