Sentiers de motoneige: l'UMQ veut ramener les agriculteurs à la raison

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) souhaite que les agriculteurs... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) souhaite que les agriculteurs renoncent à bloquer les sentiers de motoneige qui traversent leurs propriétés.

Le président de l'UMQ, Bernard Sévigny, a dénoncé jeudi la décision des agriculteurs de prendre les motoneigistes et les commerces en otage pour protester contre une réforme d'un programme de crédit de taxes foncières.

M. Sévigny a déclaré que son organisation n'appuie «pas particulièrement» les revendications des agriculteurs.

Selon le représentant, les municipalités ne sont toutefois pas concernées par le litige, qui oppose le gouvernement aux membres de l'Union des producteurs agricoles (UPA).

L'UPA a donné au gouvernement jusqu'au 6 février pour renoncer à sa réforme du Programme de crédit de taxes foncières agricoles (PCTFA).

Le regroupement estime que le nouveau taux de crédit uniforme, qui prévoit un remboursement de 78 pour cent des taxes foncières, entraînera des pertes pour 80 pour cent de ses membres, ce que conteste le gouvernement.

Dans un point de presse, jeudi, en marge d'une rencontre à Québec, M. Sévigny a déclaré qu'il fera prochainement des représentations auprès du ministre de l'Agriculture, Laurent Lessard.

«S'il y a une problématique entre l'UPA et le gouvernement du Québec, je pense qu'ils ont intérêt à s'entendre rapidement, a-t-il dit. Je vais parler au ministre Lessard au cours des prochaines heures.»

M. Sévigny n'a pas été en mesure de chiffrer les pertes qui pourraient être causées par le blocus, mais il a affirmé que les retombées totales de la pratique de la motoneige sont de 3 milliards par année au Québec, une donnée de la Fédération des clubs de motoneigistes du Québec.

«La conséquence directe est non seulement sur les gens qui font de la motoneige, mais aussi sur les économies locales, a-t-il dit. Le pouvoir qu'on a, c'est d'essayer de convaincre l'UPA de ne pas mettre à exécution ce blocus.»

Un porte-parole de l'UPA, Patrice Juneau, a affirmé que des agriculteurs ont déjà commencé à bloquer des sentiers, même si le début suggéré pour l'opération est lundi prochain.

M. Juneau a expliqué que le président de l'UPA a rencontré vendredi M. Lessard et que les communications demeurent «fréquentes».

«Jusqu'à maintenant, on a identifié suffisamment d'agriculteurs qui veulent bloquer leur terre pour fermer, bloquer tous les sentiers de motoneige qui passent par une ou plusieurs terres agricoles, a-t-il dit. C'est sûr que le 6 février, tout sentier qui passe par une terre agricole va être fermé. Il y a un certain nombre qui veut le faire tout de suite, et on respecte ça.»

Les producteurs agricoles du Saguenay et du Lac-Saint-Jean, qui reçoivent des redevances pour l'accès à leur propriété, ne bloqueront pas les sentiers.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer