Irak: le doute plane sur la nature des blessures de sept soldats canadiens

Le porte-parole de l'armée, le capitaine Vincent Bouchard,... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le porte-parole de l'armée, le capitaine Vincent Bouchard, a refusé cette semaine de dire si certains parmi les sept soldats canadiens avaient été blessés en situation de combat.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lee Berthiaume
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le ministère de la Défense nationale refuse de dévoiler des détails sur plusieurs soldats canadiens soignés dans un hôpital militaire dans le nord de l'Irak ces dernières semaines, notamment en ne précisant pas si certains d'entre eux ont été blessés en situation de combat.

Ces soldats figurent parmi 120 patients accueillis dans l'établissement de santé depuis sa mise en service près de la ville kurde d'Erbil à la fin novembre, indiquent des données fournies à La Presse canadienne.

L'hôpital, au sein duquel travaillent environ 50 membres du personnel médical des Forces canadiennes, offre des soins urgents et non urgents pour les gens impliqués dans les combats pour le contrôle de Mossoul, deuxième ville en importance en Irak.

Les données montrent que la majorité des patients aperçus dans l'établissement étaient des soldats d'autres pays de la coalition, comme les États-Unis, qui comptent plus de 5000 soldats en Irak. Mais l'hôpital a aussi soigné sept soldats canadiens, de même que trois membres de Daech (groupe armé État islamique) qui avaient été capturés et avaient besoin de soins médicaux.

Le porte-parole de l'armée, le capitaine Vincent Bouchard, a refusé cette semaine de dire si certains parmi les sept soldats canadiens avaient été blessés en situation de combat.

Le gouvernement libéral, qui a à maintes reprises refusé de parler d'une mission de combat, est accusé par l'opposition de jouer sur les mots. Le refus de l'armée de dévoiler si des soldats canadiens ont été blessés au combat a suscité de nouveaux appels pour une plus grande transparence, jeudi, de la part des partis d'opposition.

«Pour des raisons de protection de la vie privée et des considérations opérationnelles, les Forces armées canadiennes ne dévoilent pas de détails sur la nature des blessures soignées dans l'installation médicale de rôle 2», a indiqué M. Bouchard par courriel.

Pour ce qui est des combattants de Daech capturés, les responsables ont affirmé que ceux-ci demeuraient en détention par les membres de la coalition tout en recevant des soins du personnel médical canadien.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer