Détenues transgenres dans des prisons pour hommes: Trudeau veut agir

Selon le site de Service correctionnel Canada (SCC),... (archives La Presse)

Agrandir

Selon le site de Service correctionnel Canada (SCC), les hommes qui s'identifient au sexe féminin et qui sont au stade préopératoire doivent être incarcérés dans des établissements pour hommes. Les femmes qui s'identifient au sexe masculin doivent pour leur part purger leur peine chez les femmes.

archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Fannie Olivier
La Presse Canadienne

Les femmes transgenres qui écopent d'une peine de prison de deux ans et plus devraient désormais pouvoir la purger dans un pénitencier pour femmes. Le premier ministre Justin Trudeau s'est engagé jeudi à s'occuper du dossier, au premier jour de sa tournée pancanadienne hivernale.

Lors d'une séance de questions et réponses avec le public à Kingston, en Ontario, le premier ministre s'est fait interpeller par une militante pour les droits des personnes trans qui s'inquiétait du sort de ces femmes, dont le sexe de naissance est masculin, qui séjournent dans les prisons pour hommes. Disant craindre notamment les cas d'agressions sexuelles qui pourraient survenir, elle lui a demandé s'il s'engageait à ce que ces femmes transgenres soient placées dans une prison «plus appropriée à leur identité sexuelle».

Justin Trudeau a rapidement confirmé qu'il allait le faire. «La réponse est oui. Je vais m'en assurer», a-t-il tranché.

Il a d'ailleurs remercié la militante d'avoir soulevé cet enjeu auprès de lui, précisant qu'il n'avait jamais songé à cette situation. «C'est un bel exemple de la valeur de ces assemblées publiques, parce que je dois l'admettre, je me considère comme un assez fervent défenseur des dossiers LGBTQ2 et plutôt au courant des différentes pressions, mais je n'avais jamais pensé à celle-là», a-t-il signalé.

Selon le site de Service correctionnel Canada (SCC), les hommes qui s'identifient au sexe féminin et qui sont au stade préopératoire doivent être incarcérés dans des établissements pour hommes. Les femmes qui s'identifient au sexe masculin doivent pour leur part purger leur peine chez les femmes.

On ignore combien de personnes transgenres se trouvent dans cette situation, mais selon le ministère, leur nombre est peu élevé.

Scott Bardsley, attaché de presse du ministre de la Sécurité publique Ralph Goodale, a indiqué que le service correctionnel ne faisait «aucun suivi officiel du nombre de détenus qui se disent transgenres ou transsexuels».

«Service correctionnel Canada (SCC) a commencé à mettre à jour les lignes directrices sur les détenus qui s'identifient comme transgenres. Il s'agit d'une mesure pour rendre nos politiques plus inclusives pour les trans détenus. Il faut en faire plus», a-t-il indiqué par courriel.

La ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, a déposé en mai le projet de loi C-16, qui met à jour la Loi canadienne sur les droits de la personne et le Code criminel pour inclure l'identité de genre et l'expression de genre. Le projet de loi a été adopté par les Communes et est actuellement à l'étude au Sénat.

Selon M. Bardsley, le ministre Goodale «s'est engagé à veiller à ce que SCC se conforme entièrement à cette loi».




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer