Opérations de paix: le ministre Sajjan au Mali et au Sénégal

Le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

Le ministre canadien de la Défense, Harjit Sajjan

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
OTTAWA

Toujours à la recherche des pays ou régions où le Canada pourrait contribuer aux opérations de soutien de la paix, le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, s'envolera de nouveau vers l'Afrique.

Le ministre visitera le Mali et le Sénégal dans le cadre de cette mission de collecte d'informations, selon ce qu'a affirmé mardi à La Presse canadienne son attachée de presse, Jordan Owens.

Elle a signalé que cela ne signifiait pas forcément que les Casques bleus et soldats canadiens seraient déployés.

Mais il semble évident que ces deux pays francophones d'Afrique de l'Ouest, jadis considérés comme des oasis de stabilité politique sur un continent ravagé par les conflits, retiennent l'attention du gouvernement de Justin Trudeau.

Car le ministre Sajjan devient le deuxième membre du cabinet à s'y rendre en l'espace de quelques semaines seulement. Sa collègue au Développement international, Marie-Claude Bibeau, avait inscrit les deux pays sur la liste de sa première tournée africaine, en août dernier.

Elle avait ensuite affirmé en entrevue avec La Presse canadienne que parmi le «très grand nombre de pays» qui ont demandé au Canada de participer à des opérations d'appui à la paix, le Mali était l'un de ceux où les besoins étaient «évidents».

Le Mali figure parmi les potentiels bénéficiaires d'une aide canadienne les plus fréquemment cités. @Et comme pays francophone, il a un avantage sur certains autres - Justin Trudeau a parlé en février dernier de l'«intérêt» de déployer «des forces francophones ou bilingues».

Les libéraux ont promis de se réengager dans les opérations d'appui à la paix des Nations unies. En août dernier, ils ont annoncé que jusqu'à 600 soldats et 150 policiers pourraient être mis à contribution à ces fins.

Le ministre de la Défense disait espérer annoncer le plan d'ici la fin de l'année, mais en mêlée de presse, mardi, il a laissé entendre que cela pourrait prendre plus de temps. Il a plaidé qu'il ne voulait pas que sa décision soit guidée par un échéancier artificiel.

Les risques liés à une potentielle participation canadienne à la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) sont non négligeables.

Cette mission de maintien de la paix est l'une des plus dangereuses au monde - depuis avril 2013, plus de 100 Casques bleus ont été tués au Mali.

Le ministre de la Défense devrait s'envoler pour l'Afrique samedi et rentrer au pays mardi, selon son attachée de presse.

En plus du Mali, on retrouve notamment la République centrafricaine, le Soudan du Sud et la République démocratique du Congo sur la liste des pays africains où des contingents canadiens pourraient se retrouver stationnés.

En août dernier, le ministre Sajjan a visité l'Éthiopie, le Kenya, l'Ouganda, la Tanzanie et la République démocratique du Congo. Il était notamment accompagné du lieutenant-général à la retraite Roméo Dallaire et de la juge Louise Arbour.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer