Qu'adviendra-t-il de la maison des soeurs Dionne?

L'avenir de la maison historique des cinq soeurs jumelles Dionne est incertain.... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse

L'avenir de la maison historique des cinq soeurs jumelles Dionne est incertain. Ce petit musée de North Bay, en Ontario, récoltait si peu de visites qu'il a fermé l'an dernier et la ville espère vendre le terrain où elle se situe. Des citoyens s'inquiètent que ce pan de l'histoire canadienne ne vienne à disparaître, rapporte le Toronto Star.

La municipalité de North Bay espère vendre le terrain, évalué à plus de 975 000 $, pour l'utiliser à d'autres fins. Cela entraînerait le déménagement du musée qui fait partie du paysage depuis près de 30 ans. 

« On doit sauver ce musée », a confié au Toronto Star Carlo Tarini, un ami de la famille Dionne et porte-parole des deux soeurs encore vivantes, Annette et Cécile. « Elles sont évidemment contrariées, c'est la maison dans laquelle elles sont nées et je pense que c'est une partie importante de l'histoire canadienne. L'histoire d'un miracle et de terribles abus. »

Rappelons que les soeurs Dionne, nées le 28 mai 1934, sont connues comme le premier quintuplé à avoir survécu au-delà de la petite enfance. Le gouvernement de l'Ontario a retiré la garde des fillettes à leurs parents, les a déclarées pupilles de la couronne et les a installées dans un lieu avec une galerie où des milliers de personnes pouvaient venir les observer de deux à trois fois par jour.

Jaclyn Bucik, porte-parole à la ville de North Bay, confirme au Toronto Star que la municipalité cherche à relocaliser la maison, sans pouvoir dire où. Un comité de transition explore les options depuis la fermeture du musée. La porte-parole affirme que la ville ne souhaite pas détruire l'édifice, démentant ainsi des rumeurs.

Un résidant de North Bay, Jeff Fournier, a lancé une pétition en ligne pour sauver la maison et la conserver là où elle est. « Il n'y a pas de ligne directrice claire quant à son avenir, pas de plan. [...] Ça nous préoccupe beaucoup que la maison puisse être déplacée ou même possiblement détruite. »

La Chambre de commerce, qui gérait le site touristique, a fermé le musée l'an dernier : trop de pertes financières et trop peu de visiteurs. Celui-ci n'a attiré que 2000 personnes en 2015 contre 15 000 visiteurs par année à ses débuts.

> Lisez l'histoire complète sur le Toronto Star.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer