Les Québécois pas si différents des Canadiens, selon un nouvel ouvrage

Les Québécois ne sont pas si différents qu'ils le pensent de leurs compatriotes... (Photo archives Le Soleil)

Agrandir

Photo archives Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne

Les Québécois ne sont pas si différents qu'ils le pensent de leurs compatriotes canadiens et ils ne sont pas plus racistes que les habitants des autres provinces, selon les conclusions d'un nouvel ouvrage écrit notamment par le sondeur Jean-Marc Léger.

À l'occasion des 30 ans de la firme de sondage Léger Marketing, Jean-Marc Léger et ses coauteurs Jacques Nantel et Pierre Duhamel ont décidé de publier un livre Le Code Québec pour découvrir ce qui distingue les Québécois des autres peuples dans le monde. Ils ont réalisé plusieurs sondages pour tenter de cerner les spécificités d'une identité québécoise encore rattachée à de nombreux mythes.

L'un des préjugés les plus importants à l'égard des Québécois, c'est qu'ils se perçoivent comme étant différents du reste du Canada. Pourtant, sur les 500 attitudes et comportements présentés dans les sondages, 71 % étaient identiques entre les Québécois et les Canadiens.

D'ailleurs, les auteurs notent que les Québécois ont une perception erronée du reste du Canada, qui rassemble plusieurs cultures différentes. Par exemple, sur les plans des valeurs, des comportements et des attitudes, les Québécois ressemblent beaucoup aux Britanno-Colombiens.

De plus, les Québécois entretiennent la même méfiance que les Prairies à l'égard de Toronto, en plus d'éprouver les mêmes difficultés économiques que les provinces de l'est du pays.

Mais il ne faut pas sous-estimer ces 29 % qui séparent les Québécois des Canadiens, a souligné Jean-Marc Léger en entrevue téléphonique avec La Presse canadienne, car ce sont de «profondes différences».

Les Québécois se distinguent notamment par leur joie de vivre, leur recherche de consensus et leur détachement par rapport à leur collectivité - qui se manifeste par leur indécision sur plusieurs sujets.

«Les Québécois sont le peuple du milieu à la recherche permanente de consensus. S'il y avait un parti du peut-être au Québec, il gagnerait assurément toutes les élections», soutient-on dans le livre.

Un autre de ces préjugés est que les Québécois seraient plus racistes que le reste du Canada et même que le reste du monde, mais c'est totalement faux, selon les données exposées dans le livre. L'ouvrage indique que 20 % des Québécois se décrivent comme «plutôt» ou «un peu» racistes, comparativement à 16 % - et cela tombe dans la marge d'erreur, a fait remarquer Jean-Marc Léger.

Par ailleurs, les Québécois sont beaucoup moins racistes que d'autres peuples dans le monde. Selon un tableau publié dans le livre, 35 % des Français ont avoué être «plutôt» ou «un peu» raciste. Aux États-Unis, 51 % disaient entretenir des préjugés négatifs à l'égard de la communauté afro-américaine selon un sondage de l'Associated Press mené en 2012.

«Le problème, ce n'est pas l'immigration. Les Québécois sont ouverts à l'immigration, ils aiment les touristes, ils aiment les gens de l'extérieur. Le problème, c'est la religion. Les Québécois ont voulu se débarrasser de la religion, alors quand vient poindre la religion (...) ils ne veulent pas faire affaire avec ça», a analysé Jean-Marc Léger.

Différences entre les générations

Ces spécificités québécoises se présentent toutefois à un différent degré selon l'âge des Québécois. En fait, chaque génération est caractérisée par deux «gènes», selon le modèle des auteurs.

Les Québécois plus âgés nés avant 1945 sont marqués par les gènes de «villageois» et «consensuels», c'est-à-dire qu'ils passent du rejet de l'autre à la recherche de consensus et d'accommodements.

Les baby-boomers «créatifs» qui jadis portaient des idéaux pour changer le monde sont aussi marqués par leur «détachement» de la société.

Les jeunes de la génération Y portent quant à eux deux gènes: celui de la victimisation et de la fierté. «Ce n'est jamais de leur faute. Mais ils sont très ambitieux, très ouverts sur le monde», a expliqué M. Léger.

«Il y a une différence entre les générations, mais celui de la joie de vivre transcende toutes les générations», a-t-il ajouté.

Jean-Marc Léger suggère une piste pour résumer la diversité et la complexité de l'identité québécoise. «Les Québécois pour la majorité sont issus de la culture française, vivent dans une société anglaise et ont un mode de vie américain. On a la créativité française, la rigueur britannique, et l'optimisme américain (...) On est un mélange unique de trois cultures», a-t-il affirmé.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer