Les wagons DOT-111 ne transporteront plus de pétrole, confirme Ottawa

Un wagon-citerne DOT 111 semblable à ceux impliqués... (PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST)

Agrandir

Un wagon-citerne DOT 111 semblable à ceux impliqués dans la tragédie de Lac Mégantic.

PHOTO ARCHIVES LA VOIX DE L'EST

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne

L'Union des municipalités du Québec (UMQ) se réjouit de l'annonce d'Ottawa concernant les wagons-citernes DOT-111, mais elle estime que «beaucoup de travail reste encore à faire afin de réduire les risques liés au transport de matières dangereuses par train au Canada».

Le ministre fédéral des Transports a confirmé, lundi, que les wagons-citernes DOT-111, comme ceux qui avaient explosé lors du déraillement à Lac-Mégantic, ne pourront plus transporter de pétrole brut dès le 1er novembre prochain. Trois ans après la tragédie ferroviaire qui avait coûté la vie à 47 personnes, Marc Garneau a confirmé lundi à Montréal ce qu'il avait annoncé en entrevue à La Presse canadienne la semaine dernière: l'ordonnance fédérale entre en vigueur six mois plus tôt que prévu pour les wagons-citernes DOT-111 sans protection thermique et 16 mois plus tôt que prévu pour les modèles munis de cette protection.

Ces nouvelles directives ne visent que le transport du pétrole brut: tout autre liquide inflammable, comme l'éthanol, pourra être transporté dans des DOT-111 jusqu'en avril 2025, a admis le ministre Garneau. Le gouvernement, a-t-il dit, doit être «réaliste» et «ne peut tout faire en même temps».

«Le ministre répond ainsi aux demandes exprimées par l'UMQ en faveur d'une meilleure prévention (...) pour éviter que des tragédies comme celles de Lac-Mégantic ne se reproduisent», a indiqué dans un communiqué Michel Angers, président de la Commission de la sécurité publique de l'Union et maire de Shawinigan.

L'Union des municipalités du Québec rappelle toutefois que «beaucoup de travail reste encore à faire» et souligne que l'Association francophone des municipalités du Nouveau-Brunswick et l'UMQ organiseront conjointement en novembre une Journée de réflexion sur la sécurité ferroviaire, à laquelle est invité le ministre Garneau, pour examiner «les lacunes toujours existantes».

Le maire de Montréal, Denis Coderre, s'est réjoui de cette décision qui vise la sécurité en amont, tout en souhaitant toujours la collaboration entière des transporteurs afin que les municipalités sachent précisément ce que contiennent les convois qui passent chez elles.

Le 6 juillet 2013, un convoi ferroviaire de 72 wagons-citernes DOT-111 bourrés de pétrole brut, garé pour la nuit à Nantes, s'est mis à dévaler une pente et a ensuite déraillé en plein coeur de Lac-Mégantic. Certains wagons ayant été perforés dans l'accident, un gigantesque incendie, ponctué d'explosions, a rasé ensuite tout le centre-ville de cette petite municipalité de l'Estrie.

Le ministre Garneau indiquait la semaine dernière en entrevue que les wagons-citernes transportant du pétrole brut doivent être plus robustes afin de résister davantage aux perforations en cas d'impact. Ottawa souhaite donc favoriser un nouveau modèle de wagons-citernes, le TC-117, fait d'un acier plus épais et comportant davantage de dispositifs de sécurité, comme des boucliers protecteurs et une couche de protection thermique, expliquait le ministre la semaine dernière.

M. Garneau a affirmé lundi que les wagons-citernes de pétrole brut en provenance des États-Unis qui ne respecteront pas les nouvelles normes le 1er novembre seront stoppés à la frontière, et les transporteurs écoperont d'amendes, qu'il n'a pas pu préciser.

Selon lui, environ 30 000 wagons DOT-111 sans protection thermique transportent actuellement du pétrole brut sur les chemins de fer d'Amérique du Nord. Le ministre ne disposait pas de chiffres sur le nombre de DOT-111 avec protection thermique qui transportent du pétrole brut.

Quelques dates:

Octobre 2011: L'Association américaine des chemins de fer (AAR) prévient Transports Canada des risques que comportent les wagons-citernes DOT-111.

6 juillet 2013: Un convoi de 72 DOT-111 déraille et prend feu à Lac-Mégantic, en Estrie. Le centre-ville est rasé et 47 personnes perdent la vie.

23 juillet 2013: Ottawa resserre les règles de sécurité en exigeant deux conducteurs pour les convois transportant des matières dangereuses et en imposant une procédure plus stricte pour l'application des freins.

2 juillet 2014: Transports Canada impose de nouvelles normes pour les wagons-citernes DOT-111, notamment un acier plus épais.

1er avril 2015: Entrée en vigueur de nouvelles règles, comme des exigences minimales en matière d'assurance pour les compagnies de chemin de fer et l'augmentation des pouvoirs de surveillance de Transports Canada.

1er novembre 2016: Retrait des anciens DOT-111 destinés au transport du pétrole brut avec et sans chemise, respectivement 16 et 6 mois avant la date prévue initialement.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer