Prévenir les attentats terroristes: cinq moyens utilisés par le Canada

Si les autorités tentent toujours de déterminer pourquoi un homme au volant... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jim Bronskill
La Presse Canadienne
OTTAWA

Si les autorités tentent toujours de déterminer pourquoi un homme au volant d'un camion a foncé dans la foule durant les célébrations du 14 juillet à Nice, faisant des dizaines de morts, elles n'ont pas hésité à qualifier le drame d'acte terroriste. Voici cinq moyens utilisés par le Canada pour éviter qu'une telle attaque ne se produise en sol canadien.

ÉVALUATION DES MENACES

Les organismes fédéraux évaluent sans cesse les menaces potentielles contre les dignitaires, les événements publics et les sites symboliques. Le Centre intégré d'évaluation du terrorisme fait appel à l'expertise de l'ensemble du gouvernement fédéral pour évaluer les intentions des terroristes et leur capacité à organiser des attentats. Les évaluations sont ensuite transmises aux membres du milieu canadien de la sécurité, aux autorités provinciales en matière d'urgence, aux premiers intervenants et au secteur privé.

Chaque organisme produit également des évaluations spécialisées. Par exemple, Transports Canada s'est penché sur les menaces contre les différents modes de transport, dont les avions, les trains et les autobus. Un rapport datant de novembre 2014 mentionne la possibilité qu'un autobus soit utilisé comme arme dans le cadre d'un important rassemblement public.

LUTTE À LA RADICALISATION

Sécurité publique Canada, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et certains services de police municipaux collaborent activement avec les communautés pour éviter que les jeunes adultes se radicalisent et optent pour la violence. La GRC forme également les premiers intervenants, enquête sur les cas de menace à la sécurité nationale et contribue à les prévenir.

Les libéraux ont promis de nommer un responsable de la sensibilisation et de la lutte contre la radicalisation afin de coordonner les efforts des différents organismes. Une annonce à ce sujet devrait être faite sous peu.

INTERVENTION

Une fois qu'un suspect attire leur attention, les autorités peuvent recourir à une grande variété d'outils pour le neutraliser. Le Service canadien du renseignement de sécurité a le pouvoir de faire capoter un complot, par exemple en désactivant le système d'allumage de la camionnette d'un suspect ou en annulant son billet d'avion. La police peut demander à un juge d'obliger quelqu'un détenant de l'information pertinente par rapport à un futur attentat de comparaître devant un tribunal et de répondre à des questions. Elle peut également réclamer la comparution d'un individu qui pourrait commettre un acte terroriste. Le magistrat décide ensuite s'il doit ou non imposer des restrictions aux personnes concernées.

Aller à l'étranger pour recevoir un entraînement terroriste, prendre part à des activités terroristes ou faciliter la réalisation d'activités terroristes est un crime. Les dirigeants fédéraux collaborent pour bloquer la délivrance d'un passeport ou révoquer un passeport existant afin d'empêcher les suspects de voyager à l'extérieur du pays.

LISTE TERRORISTE

Tout individu ou groupe figurant sur la liste terroriste du Canada peut voir ses actifs saisis et des sanctions pénales sont prévues pour les personnes qui fournissent de l'assistance à une entité apparaissant sur cette liste dans le but de l'aider à réaliser des activités terroristes. De plus, les étrangers ou les résidents permanents dont l'appartenance à de telles entités est confirmée perdent leur droit d'entrer en territoire canadien.

EXAMEN DU SYSTÈME DE SÉCURITÉ NATIONALE

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, prévoit publier prochainement un document de travail afin de lancer un examen approfondi du système de sécurité nationale canadien. M. Goodale a indiqué que l'objectif était d'analyser les politiques, les lois et les procédures afin de protéger non seulement la population, mais aussi les libertés fondamentales. Un comité parlementaire devra tenir des audiences avant que le gouvernement ne présente tout projet de loi abrogeant les règles actuelles ou en introduisant de nouvelles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer