TransCanada reprend ses activités, après une fuite de pétrole

L'agence américaine de réglementation a donné le feu vert à TransCanada pour... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
CALGARY

L'agence américaine de réglementation a donné le feu vert à TransCanada pour qu'elle redémarre les activités de son oléoduc Keystone, samedi matin, une semaine après qu'une fuite de pétrole soit survenue dans le Dakota du Sud.

Au début, l'entreprise de Calgary reprendra tranquillement ses activités afin de s'assurer que le système fonctionne correctement, mais il devrait être à plein régime à la fin de la journée.

L'entreprise surveillera les opérations par avion et des inspections sur le terrain seront effectuées pendant la reprise du système, selon le porte-parole de TransCanada, Mark Cooper.

Environ 63 000 litres - ou 400 barils - de pétrole brut se sont déversés à quelque 60 kilomètres au sud-ouest de Sioux Falls, dans le Dakota du Sud.

Les équipes ont dû creuser à environ 84 mètres de profondeur pour trouver la fuite, selon l'entreprise.

TransCanada a assuré que l'incident ne posait aucun risque de sécurité pour le public et qu'il n'y avait apparemment eu aucun impact sur l'environnement. Le nettoyage et la restauration du système est en cours, selon l'entreprise.

«TransCanada apprécie le soutien des propriétaires de terres affectés, des membres de la communauté et des autorités locales qui ont collaboré pour s'assurer que nos équipes soient capables de continuer leur travail», a indiqué M. Cooper, ajoutant que l'entreprise appréciait tout autant la compréhension de ses clients.

Les opérations de l'oléoduc Keystone sont en marche depuis 2010.

L'oléoduc Keystone transporte du pétrole de Hardisty, en Alberta, vers le Manitoba, à l'est, puis vers le sud, pour les marchés du Midwest américain et jusqu'à la côte du golfe du Mexique, pour raffinage ou exportation.

L'entreprise canadienne a subi un dur revers dans ses efforts d'expansion, en novembre dernier, lorsque le président américain Barack Obama a rejeté le projet d'oléoduc Keystone XL, qui devait relier Hardisty au Nebraska, où il rejoindrait l'oléoduc existant Keystone.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer