Soutien aux soldats blessés: le directeur quitte en pleine révision des services

Le directeur de la gestion du soutien aux blessés des Forces canadiennes quitte... (Photo d'archives)

Agrandir

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Murray Brewster
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le directeur de la gestion du soutien aux blessés des Forces canadiennes quitte ses fonctions, alors qu'une révision du système de services aux soldats blessés et malades est en cours.

La Presse Canadienne a obtenu une copie de la note interne d'adieu du colonel Gerry Blais, qui annonce à l'Unité interarmées de soutien au personnel (UISP) de tout le pays qu'il a pris la décision de quitter ses fonctions, un départ en vigueur immédiatement.

M. Blais a soutenu, dans un message distribué mardi matin, que des changements importants se profilaient et qu'il ne se sentait pas prêt à diriger l'unité dans «cette nouvelle méthode d'opération».

Le mois dernier, La Presse Canadienne indiquait que la Défense nationale s'était embarquée dans une révision de l'UISP à la suite d'un examen interne ayant identifié une série de problèmes.

Les unités de soutien sont censées aider les soldats aux prises avec des troubles physiques ou psychologiques à prendre du mieux et à regagner leurs postes - ou sinon à se préparer pour une libération pour raisons médicales.

Le major-général Derek Joyce, qui a coprésidé le comité directeur sur ces questions, a confirmé le départ de M. Blais, disant avoir été mis au courant la semaine dernière, ajoutant que la nouvelle avait été relayée au personnel mardi.

M. Joyce a dit ne pas avoir perçu dans le message d'au revoir - particulièrement la référence aux changements à venir - une critique ou quelque chose d'«inusité», et a fait valoir que M. Blais avait servi pendant sept ans comme commandant de l'UISP et avait accompli «un travail absolument remarquable pour s'occuper (des soldats) blessés et malades».

Dans son message, M. Blais a dit croire que le système avait permis de «grandes choses et l'établissement d'un lieu sûr pour ceux qui en avaient le plus besoin».

Mais plusieurs ont déploré que les unités de soutien et les Centres intégrés de soutien du personnel (CISP) subordonnés étaient en manque criant de personnel, et que les soldats transférés dans le système se sentaient isolés du réseau de soutien de leurs unités de combat.

La question du personnel dans les unités a fait l'objet d'un rapport accablant de l'ombudsman de l'armée il y a quelques années, mais M. Blais - à ce moment - avait qualifié les effectifs d'«adéquats».

À la suite de la publication du rapport en octobre 2013, M. Blais avait affirmé en entrevue avec La Presse Canadienne que «la plupart des questions étaient résolues ou étaient assurément en voie de l'être».

Le processus est enclenché pour trouver un successeur à M. Blais, a indiqué M. Joyce.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer