Oléoducs: Trudeau veut l'aval des villes avant de donner un feu vert

Justin Trudeau et Denis Coderre... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE)

Agrandir

Justin Trudeau et Denis Coderre

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ottawa cherchera à obtenir l'aval des communautés traversées par les projets d'oléoducs avant de donner le feu vert à leur construction, a indiqué le premier ministre Justin Trudeau à l'issue d'une rencontre avec le maire de Montréal, Denis Coderre.

Des manifestants étaient présents à l'extérieur de l'hôtel... (PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Des manifestants étaient présents à l'extérieur de l'hôtel de ville.

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

«Ce n'est pas juste les gouvernements qui donnent les permis: les communautés doivent aussi donner leur approbation, de donner permission», a déclaré Justin Trudeau ce matin à sa première visite à l'hôtel de ville de Montréal depuis qu'il a été élu premier ministre.

Le chef libéral était à Montréal pour parler infrastructures avec le maire Denis Coderre, mais la question des oléoducs s'est imposée depuis que la Communauté métropolitaine de Montréal a soulevé un tollé national en raison de son opposition au projet Énergie Est.

Justin Trudeau a assuré qu'il n'était pas question de forcer Montréal à appuyer le projet. Il dit plutôt vouloir remettre en place un processus d'analyse des projets qui lui permettra à tous de se faire entendre. «Le rôle du gouvernement fédéral est de mettre en place un processus par lequel TransCanada ou toute autre compagnie pourrait aller démontrer un projet est dans l'intérêt du public et avoir l'approbation du Canada», a-t-il dit.

Le premier ministre a critiqué la façon de faire de ses prédécesseurs. «Ce n'est pas au gouvernement fédéral de décider à l'avance quel projet on veut faire ou pousser. On a eu pendant dix ans un gouvernement cheerleader des projets plutôt qu'être un arbitre responsable», a-t-il dénoncé.

Selon Trudeau, il faut «trouver des façons d'exporter nos produits, nos ressources de façon responsable. Au 21e siècle, ça implique une responsabilité environnementale, une approbation communautaire.»

Critiqué dans l'Ouest pour sa position contre Énergie  Est, le maire Coderre a bien accueilli les mots de Justin Trudeau. «Il faut trouver cet équilibre entre développement économique et développement responsable».

Denis Coderre a rappelé qu'il ne s'opposait pas aux oléoducs, mais estime que TransCanada a manqué à ses obligations en ne participant pas à la consultation menée par la CMM. «Ce n'est pas parce qu'on pose des questions et qu'on demande à des gens de refaire leurs devoirs que c'est manquer de respect», a indiqué le maire.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer