L'ex-otage canadien des talibans pas encore rentré au pays

Colin Rutherford... (Photo tirée de Youtube)

Agrandir

Colin Rutherford

Photo tirée de Youtube

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Diana Mehta
La Presse Canadienne
Toronto

L'otage canadien qui a été libéré par les talibans après avoir été gardé captif pendant cinq ans en Afghanistan se remet de son calvaire, mais n'est toujours pas rentré au pays, a déclaré mercredi Justin Trudeau.

Ces commentaires du premier ministre canadien sur Colin Rutherford donnent un indice sur l'état du jeune homme qui a été relâché subitement par ses geôliers plus tôt cette semaine.

Les talibans avaient affirmé lundi qu'ils avaient rendu sa liberté à M. Rutherford «pour des motifs humanitaires et suivant la morale divine de l'Islam».

Le gouvernement fédéral n'a pas spécifié où se trouve présentement M. Rutherford, ni quand il devrait être rapatrié au Canada.

«Nous continuons de surveiller son rétablissement», a spécifié M. Trudeau qui se trouvait en visite à l'hôtel de ville de Toronto, mercredi. «Évidemment, il a subi une épreuve très difficile au cours des cinq dernières années. Nous attendons avec impatience son retour au Canada.»

M. Rutherford avait 26 ans au moment de sa disparition, à Ghazni, en Afghanistan, en novembre 2010. Il y faisait du tourisme, se disant intéressé par l'architecture et les lieux historiques.

Sa libération a été annoncée lundi par le ministre des Affaires étrangères Stéphane Dion, qui a fourni peu de détails, sinon que le gouvernement du Qatar avait servi d'intermédiaire pour négocier la libération de l'otage.

M. Trudeau a d'ailleurs reconnu publiquement l'implication de l'émirat du Moyen-Orient, mercredi.

«Nous reconnaissons l'aide que le gouvernement du Qatar a fourni, a-t-il dit. Tout le monde a travaillé fort pour assurer la libération de M. Rutherford.»

Les talibans ont également confirmé le rôle du Qatar.

Un chef local de la police a déclaré que la libération du Canadien s'était faite par hélicoptère pendant que des avions de chasse patrouillaient le secteur.

La famille de Colin Rutherford n'avait pas eu signe de vie de l'otage depuis 2011 alors que ses ravisseurs avaient publié une vidéo le montrant en train de répondre à des questions. Un courriel qui accompagnait la vidéo l'accusait d'être un espion.

Dans la vidéo, M. Rutherford, qui est originaire de Toronto, insistait pour dire qu'il n'était pas un espion et qu'il s'était rendu en Afghanistan pour étudier ses sites historiques, ses temples et ses monuments.

Le frère de M. Rutherford a déclaré que sa libération était «une nouvelle incroyable» et que sa convalescence était maintenant une priorité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer