Sondage: un Québécois sur deux craint la pauvreté

Chez les familles avec des enfants de 0... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Chez les familles avec des enfants de 0 à 5 ans, la crainte de la pauvreté atteint 59 , selon un sondage Léger commandé par la Fondation Lucie et André Chagnon.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La moitié des Québécois craignent de vivre dans la pauvreté alors que 31% le font déjà, révèle un sondage mené pour le compte de la Fondation Lucie et André Chagnon auprès de 2000 répondants. À l'heure où le Québec est confronté à des choix budgétaires difficiles, le sondage, obtenu en exclusivité par La Presse, révèle les principales préoccupations de la population en ce qui concerne la qualité de vie et les politiques sociales du gouvernement. Faits saillants.

La pauvreté touche les Québécois

Parmi les répondants du sondage, mené par la firme Léger:

  • 31% se disent pauvres;
  • 41% se disent insatisfaits de leur situation financière;
  • 50% ont peur de devenir pauvres.

«Chez les familles avec des enfants de 0 à 5 ans, la crainte de la pauvreté atteint 59%. C'est sûr que cette donnée interpelle un organisme comme le nôtre», explique François Lagarde, vice-président communications de la Fondation Lucie et André Chagnon. Selon un document de 2014 de Fondations philanthropiques Canada, la Fondation Lucie et André Chagnon est la deuxième en importance au pays avec des actifs de 1,44 milliard. Elle investit chaque année 70 millions au Québec, principalement pour contrer la pauvreté par la réussite éducative.

Quelles devraient être les priorités pour les décideurs publics?

  • Investir dans des ressources et programmes visant à favoriser la réussite scolaire au primaire et au secondaire: 49%
  • Bonifier les régimes publics de retraite: 46%
  • Bonifier les services sociaux destinés aux plus démunis: 40%

M. Lagarde dit avoir été surpris de voir que la lutte contre la pauvreté faisait partie des principales préoccupations des citoyens. «Dans le discours ambiant, on entend plus parler de santé et d'éducation. Mais quand on questionne les gens, on remarque que la lutte contre la pauvreté est très importante pour eux», dit-il.

Quels sont les ingrédients essentiels pour avoir une qualité de vie?

  • Être en santé: 43%
  • L'argent: 33%
  • La famille: 21%
  • L'amour: 17%
  • Un emploi stable/qui vous convient: 15%
  • La vie sociale: 14%

Christian Bourque, vice-président chez Léger, remarque que 48% des citoyens trouvent que leur qualité de vie s'est détériorée au cours des 10 dernières années. «La crise financière de 2008-2009 fait encore mal aux Québécois, ce qui peut expliquer en partie ce sentiment de perte», dit-il.

L'importance des programmes du gouvernement

  • 83% des Québécois considèrent que les programmes sociaux du gouvernement contribuent de façon importante à leur qualité de vie
  • 75% estiment tout de même que des changements s'imposent

«Les Québécois sont inquiets face à leur capacité de payer pour les programmes qu'on s'est donnés. Mais ils sont encore plus inquiets qu'on sacrifie des pans du filet social», résume M. Bourque, de Léger.

Quels programmes sociaux ont-ils le plus contribué à la qualité de vie au Québec?

  • Le système de soins de santé universel et gratuit: 86%
  • Le système d'éducation public universel et gratuit: 86%
  • L'assurance santé et sécurité au travail (CSST): 81%
  • Le régime d'assurance-emploi: 81%
  • Le programme public d'assurance médicaments: 80%

Quels acteurs devraient avoir davantage de pouvoir au Québec?

  • Le gouvernement du Québec: 42%
  • Les municipalités: 34%
  • Les organismes communautaires: 29%
  • Les communautés: 27%
  • Le gouvernement du Canada: 25%
  • Les entreprises privées: 21%
  • Les fondations: 11%
  • Les syndicats: 9%

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer