Pétrole: Zachary Richard met en garde les Québécois

La plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, louée par la compagnie... (Archives AFP, US Coast Guard)

Agrandir

La plate-forme pétrolière Deepwater Horizon, louée par la compagnie britannique BP, a explosé le 20 avril 2010, créant une gigantesque marée noire dans le golfe du Mexique.

Archives AFP, US Coast Guard

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« J'arrive du ventre de la bête. Une fuite de pétrole en eaux profondes dans l'estuaire du Saint-Laurent aurait des conséquences extrêmement néfastes », lance l'auteur-compositeur-interprète Zachary Richard. Plus de cinq ans après la marée noire qui a déferlé dans le golfe du Mexique après l'explosion de la plateforme Deepwater Horizon, le célèbre Louisianais prend son bâton de pèlerin pour sensibiliser les Québécois aux dangers de l'exploitation pétrolière.

« Je suis très préoccupé par la situation dans l'estuaire du Saint-Laurent, parce qu'il y a un projet de forage en eaux profondes à Old Harry. Je trouve que le public québécois est complètement dans le noir au sujet des risques », dénonce Zachary Richard, en entrevue téléphonique avec La Presse. Après Sherbrooke et Rimouski, plus tôt cet été, le chansonnier prononce une conférence sur la marée noire aujourd'hui, à Brome, dans le cadre de la Foire de l'environnement et de l'écohabitation organisée par Projet ÉCOSPHÈRE.

Depuis le cinquième anniversaire de la catastrophe, ce printemps, Zachary Richard éprouve le besoin de parler aux Québécois de sa terre natale souillée par l'or noir. « BP faisait une propagande assez déroutante pour faire croire que tous les problèmes étaient réglés. Moi, ça me faisait chier », lâche-t-il. La pétrolière britannique s'est d'ailleurs engagée en juillet dernier à verser 18,7 milliards aux cinq États touchés pour mettre fin aux poursuites judiciaires.

Érosion massive

Selon Zachary Richard, il faudra une génération avant de déterminer l'ampleur de la catastrophe. Mais déjà les recherches démontrent que de nombreuses espèces animales ont souffert du déversement de centaines de millions de litres de pétrole. « Il y a quatre fois plus de mortalité chez les dauphins qu'en 2010. Il y a un déclin important des populations de pélicans bruns, qui venaient de sortir de la liste des espèces en danger, en 2009. La production d'huîtres est en net déclin. On sait que ça a eu un impact écologique extrêmement important », énumère-t-il.

Or le problème le plus grave auquel fait face la Louisiane n'est pas la marée noire, mais l'érosion des sols causés en partie par l'industrie pétrolière au fil des décennies.

«Depuis les années 80, on a perdu l'équivalent de l'État du Delaware [en littoral]. C'est un terrain de football toutes les demi-heures !»

Zachary Richard

Les sociétés pétrolières ont creusé environ 8000 kilomètres de canaux d'exploration dans les marécages du sud de l'État et n'ont jamais restauré ceux-ci, dénonce-t-il.

En exposant les risques de l'exploitation pétrolière, l'auteur-compositeur-interprète espère que les Québécois miseront sur les énergies vertes comme la biomasse, et non pas sur le pétrole. « Beaucoup de gens pensent que c'est une panacée, qu'on va trouver assez d'énergie dans le sous-sol du Québec pour enrichir les Québécois. D'après moi, c'est vraiment un leurre. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer