Sylvain Gaudreault affirme que Jean Tremblay avait un style de gestion dépassé

Sylvain Gaudreault... (PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Sylvain Gaudreault

PHOTO IVANOH DEMERS, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Robillard
La Presse Canadienne
Québec

Le départ du maire de Saguenay Jean Tremblay mettra fin à un style de gestion autoritaire d'une autre époque, a déclaré mardi le député péquiste Sylvain Gaudreault.

M. Gaudreault a estimé que cette décision, annoncée lundi par M. Tremblay, apportera une nouvelle vision et plus d'ouverture à l'hôtel de ville.

Dans un échange avec la presse parlementaire, à l'Assemblée nationale, M. Gaudreault a estimé que son départ apportera un changement bénéfique.

«Ça va occasionner des changements dans les façons de faire, dans l'écoute, dans une nouvelle vision, a-t-il dit. Vous savez qu'il avait un style de leadership assez autoritaire. Je pense qu'on est rendu à une autre époque, tout ça, ça peut changer.»

Député de Jonquière, M. Gaudreault a affirmé qu'il souhaite terminer son mandat, malgré un récent sondage qui montre qu'il pourrait être élu maire de Saguenay.

«Je suis élu jusqu'en 2018, comme député de Jonquière, j'adore mon travail de député, il y a des mandats extrêmement importants ici à l'Assemblée nationale. J'aime beaucoup la législation, j'aime beaucoup le travail que je fais et c'est ce que je veux continuer de faire», a-t-il dit.

Lundi, M. Tremblay a annoncé qu'il ne se représentera pas à la prochaine élection municipale de 2017, qui marquera le 20e anniversaire de sa première élection.

Mardi, avant de se rendre à une réunion du caucus péquiste, M. Gaudreault n'a pas caché qu'il ne partageait pas la vision de M. Tremblay, avec qui il a eu quelques différends dans le passé.

En mars dernier, M. Gaudreault avait notamment critiqué une sortie de M. Tremblay contre l'organisme écologiste Greenpeace et les intellectuels, qu'il accusait d'empêcher le développement économique régional.

M. Gaudreault a également rappelé mardi qu'à l'élection municipale de 2009, il avait pris position en faveur de l'adversaire du maire.

«Tant qu'à moi, ça fait longtemps qu'il aurait dû partir, a-t-il dit. Mais maintenant je ne veux pas m'acharner plus que ça. Il a annoncé son départ hier, et c'est correct. Je le respecte et je pense qu'il a pris une décision réfléchie.»

M. Tremblay a annoncé son départ sur sa page Facebook, lundi, en précisant qu'il profitera des deux dernières années de son mandat pour «laisser l'image d'un maire qui a réussi sur tous les points de vue».

Selon un sondage publié mardi, le maire de Saguenay aurait été incapable de se faire réélire si M. Gaudreault avait été son adversaire.

Le résultat aurait été le même si son rival avait été le député péquiste Stéphane Bédard, dont le nom a également été soumis aux 375 répondants par la maison de sondage Segma.

M. Gaudreault a affirmé qu'il était touché par cette reconnaissance pour son travail, qu'il souhaite poursuivre à l'Assemblée nationale.

«Ce type de reconnaissance en politique n'est pas toujours courant et je veux continuer, justement, ce travail-là, parce que je travaille très fort pour les gens de Jonquière», a-t-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer