La C.-B. demande à Ottawa de resserrer les règles sur les drones

La présence d'un drone au-dessus d'un incendie près... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

La présence d'un drone au-dessus d'un incendie près de la ville d'Oliver, le mois dernier, a obligé huit hélicoptères et cinq avions à rester au sol durant plus de quatre heures alors que le feu se propageait.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
VANCOUVER

La Colombie-Britannique veut que le gouvernement fédéral resserre les règles à l'endroit des utilisateurs de drones. L'un de ces appareils sans pilote avait forcé à rester au sol des avions et hélicoptères qui combattaient des incendies de forêt cet été.

La province a demandé à Transport Canada d'adopter des mesures plus strictes sur l'utilisation des drones et d'imposer des sanctions plus sévères aux contrevenants, a indiqué Mike Morris, le secrétaire parlementaire du ministre des Forêts.

Ce ministère souhaite qu'Ottawa se penche sur plusieurs questions, notamment sur la protection de la vie privée, l'enregistrement des drones et la certification des opérateurs.

La présence d'un drone au-dessus d'un incendie près de la ville d'Oliver, le mois dernier, a obligé huit hélicoptères et cinq avions à rester au sol durant plus de quatre heures alors que le feu se propageait.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique veut lancer le message aux propriétaires que la présence d'un drone près d'un incendie de forêt actif est «illégale» et que le gouvernement n'aurait aucune tolérance pour ce genre d'activité, a déclaré M. Morris, ajoutant que c'était un comportement «complètement inacceptable».

Les règles actuelles interdisent l'utilisation de drones près des incendies de forêt. Les contrevenants sont passibles d'une amende de 25 000$ et d'une peine pouvant aller jusqu'à 18 mois de prison.

M. Morris a affirmé qu'il aimerait voir des peines encore plus sévères.

«Je pense que les sanctions doivent refléter la gravité des actions», a-t-il dit, ajoutant que plusieurs opérateurs de drones n'avaient pas de formation adéquate et ignoraient les lois sur les drones.

Les autorités concernées de la Colombie-Britannique souhaitent mettre sur pied une campagne d'information publique centrée sur les magasins où sont vendus les appareils. Elles voudraient aussi possiblement que des informations sur les lois soient inscrites sur les emballages des produits.

La province songe aussi à réviser la loi sur les incendies de forêt le printemps prochain, et les règles sur les drones pourraient en faire partie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer