Les chauffeurs d'Uber ne sont peut-être pas couverts, prévient le BAC

Un client pourrait voir sa réclamation refusée s'il... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Un client pourrait voir sa réclamation refusée s'il utilise son véhicule pour en tirer un revenu, soutient le BAC.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Les chauffeurs qui travaillent pour Uber devraient vérifier si leurs polices d'assurances couvrent leur véhicule pour un usage commercial, a conseillé le Bureau d'assurance du Canada (BAC).

Un porte-parole de l'organisme, Steve Kee, a rappelé que certaines polices n'offraient une couverture que pour l'utilisation personnelle. Le client peut voir sa réclamation être refusée s'il utilise son véhicule pour en tirer un revenu.

M. Kee recommande aux chauffeurs du service Uber - et à ceux qui travaillent pour des services de transport de personne - de vérifier auprès de leur compagnie d'assurance s'ils sont adéquatement couverts.

L'Alberta a averti sa population que ceux qui utilisent les services d'une entreprise comme Uber pourraient ne pas pouvoir réclamer des indemnités d'accident en vertu de la Loi provinciale.

Le bureau du Superintendant des assurances de l'Alberta recommande aux clients d'Uber de demander au chauffeur de leur fournir une preuve d'assurance.

M. Kee a dit que pour les services traditionnels de taxi, les clients n'avaient pas à s'inquiéter puisque ce secteur est strictement réglementé.

«L'économie partagée est une nouvelle réalité. Les compagnies d'assurance sont vraiment exposées aux risques, a-t-il ajouté. Il peut exister un vide dans une police. Un appel à sa compagnie d'assurance peut permettre de répondre à certaines questions.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer