Les cours d'histoire parleront davantage des Autochtones en Colombie-Britannique

Les élèves de la Colombie-Britannique étudieront le scandale des pensionnats... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Dirk Meissner
La Presse Canadienne
VICTORIA

Les élèves de la Colombie-Britannique étudieront le scandale des pensionnats autochtones lorsque le nouveau programme d'histoire sera implanté dans les écoles de la province.

Un nouveau cours d'histoire qui s'intéressera davantage aux questions autochtones sera enseigné aux élèves de la maternelle à la 12e année (l'équivalent de la dernière année du secondaire). Ce programme devrait voir le jour dès la prochaine année scolaire.

Le ministre des Relations avec les Autochtones et de la Réconciliation de la Colombie-Britannique, John Rustad, a indiqué que les élèves étudieront des sujets comme la discrimination, les inégalités, l'oppression et les répercussions du colonialisme.

Ainsi, à la maternelle, les élèves devront apprendre comment les Autochtones employaient les plantes et les animaux. En cinquième année, ils apprendront comment les Autochtones géraient l'environnement.

Le nouveau programme est une des mesures prises par le gouvernement de la province en réaction aux 94 recommandations du rapport de la Commission de vérité et réconciliation. Après des audiences qui se sont étendues sur six années, la commission a conclu que le système des pensionnats autochtones était une forme de génocide culturel.

Pour le ministre de l'Éducation, Peter Fassbender, l'éducation doit être un facteur de changements positifs. Le nouveau programme permettra de promouvoir une plus grande compréhension, une plus grande empathie et un plus grand respect pour la culture et l'histoire autochtones, a-t-il ajouté.

À la suite de la publication du rapport de la commission, le grand chef Ed John, membre de l'Instance permanente sur les questions autochtones des Nations unies, avait déploré que trop peu d'enfants canadiens soient au courant du scandale des pensionnats. «On peut avoir des leçons sur le prince Charles et la reine. C'est bon. Mais on peut aussi en savoir davantage sur l'histoire de cette province. On n'en apprend pas assez sur le plan des relations entre les Premières Nations et la population», avait-il dit.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer