Statistiques: plus de 1000 municipalités dans le noir

Bernard Généreux, directeur général de Val-David... (Steve Deschênes, archives le soleil)

Agrandir

Bernard Généreux, directeur général de Val-David

Steve Deschênes, archives le soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La disparition du questionnaire obligatoire du recensement a plongé dans le noir plus de 1000 municipalités canadiennes, dont près de 200 au Québec. Statistique Canada a cessé de diffuser leurs données en raison du faible taux de réponse à l'Enquête nationale auprès des ménages, privant ces administrations locales d'informations clés pour le développer leurs services.

Dans un long billet de blogue publié hier, le statisticien en chef du Canada, Wayne R. Smith, a de nouveau défendu la «robustesse» des données que son organisation diffuse sur l'évolution de la population canadienne. La fiabilité de ces données est remise en question depuis la décision du gouvernement fédéral en 2010 de mettre fin au formulaire long obligatoire.

M. Smith assure que plusieurs mesures ont été prises dans l'Enquête nationale auprès des ménages (ENM), qui a remplacé en 2011 le questionnaire obligatoire, pour assurer la qualité des données. À l'échelle locale, il admet toutefois que le faible taux de réponse a incité son organisation à cesser de publier certaines données en raison de doutes sur leur fiabilité.

«Lorsque Statistique Canada a jugé que la qualité des estimations n'était pas acceptable [ou que les estimations ne convenaient pas], il n'a pas diffusé les données, et si les estimations devaient être utilisées avec prudence, Statistique Canada a informé les utilisateurs de la situation», écrit M. Smith.

Le statisticien en chef assure toutefois que la grande majorité des données ont été publiées. «Même si la qualité de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011 n'est pas tout à fait équivalente à celle du questionnaire détaillé du Recensement [de la population] de 2006, les estimations qui ont été diffusées sont quand même robustes et parfaitement utilisables.»

Statistique Canada a choisi de ne pas diffuser les données de l'ENM de 2011 de 1128 «collectivités» en raison du faible taux de réponse.

Par ailleurs, en 2006, un nombre de 160 collectivités ont été privées de statistiques en raison «d'enjeux relatifs à la qualité des données».

Quant au problème de qualité des données lié aux faibles taux de réponse, il a surtout touché les petites municipalités. Les 1128 collectivités ainsi privées de statistiques ne représentent que 3% de la population du Canada.

Le faible taux de réponse touche principalement les petites municipalités québécoises. La Presse a tout de même recensé une vingtaine de municipalités de plus de 1000 habitants parmi celles dont Statistique Canada a préféré ne pas diffuser les données. Parmi elles, certaines villes connaissent une forte augmentation de leur population, comme Val-David et Havre-Saint-Pierre, dont la croissance démographique a été supérieure à la moyenne québécoise de 2006 à 2011.

«Ça nous complique la vie»

Les municipalités privées de statistiques en raison du faible taux de réponse doivent avancer à l'aveuglette quand vient le temps de mettre sur pied les services à leur population, déplore Bernard Généreux, le directeur général de Val-David, municipalité aux prises avec cette situation. «Actuellement, il y a une réflexion sur le logement social. Des citoyens nous disent que ça en prendrait. Le réflexe, c'est d'aller voir le portrait [de la situation], mais on ne l'a plus. Ça nous complique la vie parce que ce ne sont pas des données qu'on peut trouver facilement», s'indigne cet ex-président de la Fédération québécoise des municipalités.

Taux de réponse

68,2%, c'est le taux de réponse de l'Enquête nationale auprès des ménages de 2011. Au Québec, le taux de réponse a été légèrement supérieur, s'établissant à 71,9%. Quant au taux de réponse au questionnaire long du Recensement de 2006, il s'établissait à 93,8%.

Paradoxalement, même si Statistique Canada reconnaît que le faible taux de réponse a nui à la qualité de certaines données, davantage de gens ont répondu à l'ENM en 2011 qu'au questionnaire long de 2006. En effet, anticipant un taux de réponse moindre, Statistique Canada a envoyé un formulaire à un ménage sur trois en 2011 plutôt qu'un sur cinq, comme en 2006. Ainsi, 2,7 millions de ménages ont répondu à l'ENM, soit 6,7 millions de personnes, contre 2,4 millions de ménages qui avaient répondu au formulaire long de 2006, pour un total de 6,1 millions de personnes.

Le Québec très touché

Le Québec est l'une des provinces les plus touchées par la décision de Statistique Canada de ne pas diffuser certaines données. En effet, dans 183 « collectivités québécoises », le taux de réponse n'a pas été jugé suffisamment élevé. Seule la Saskatchewan compte davantage de municipalités ainsi privées de statistiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer