Pensionnats autochtones: «un génocide culturel»

Des écoliers autochtones sont assis à leurs pupitres... (PHOTO ARCHIVES CANADA)

Agrandir

Des écoliers autochtones sont assis à leurs pupitres dans une école du Nunavit. La photo a été prise à une date indéterminée.

PHOTO ARCHIVES CANADA

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) Après sept ans de travaux, la Commission de vérité et réconciliation du Canada a rendu son rapport public, mardi. Elle conclut que les pensionnats indiens faisaient partie d'une politique de génocide culturel des peuples autochtones élaborée par le gouvernement fédéral.

Elle formule 94 recommandations pour tracer la voie à suivre pour une réelle réconciliation entre peuples autochtones et non autochtones du Canada. Les partis de l'opposition ont pressé le gouvernement de les mettre en oeuvre, mais ce dernier n'a promis pour l'instant que de les étudier.

Ces recommandations du rapport de 382 pages publié en anglais seulement sont très diverses et s'adressent à tous les ordres de gouvernement, de même qu'à la population, à l'Église, aux médias et même à des écoles et ordres professionnels.

Elles vont d'excuses par le pape lui-même à l'adoption et la mise en oeuvre de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones. Elles incluent aussi la tenue d'une enquête nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues, l'adoption d'une nouvelle «proclamation royale de réconciliation» et l'abolition de l'article 43 du Code criminel qui permet au gardien d'un enfant d'utiliser la force pour le corriger.

La Commission de vérité et réconciliation a été créée en 2007 en marge de l'entente à l'amiable d'un important recours collectif engagé par les victimes de ces pensionnats. Plus de 4 milliards de dollars en compensations ont déjà été versés par Ottawa en vertu de cette entente.

Pensionnats

Les pensionnats autochtones ont été actifs pendant plus d'un siècle, d'environ 1870 à 1970. Le dernier établissement financé par le gouvernement fédéral a fermé ses portes à la fin des années 90. Plus de 150 000 enfants ont séjourné dans les 139 institutions qui ont vu le jour.

Au moins 3200 des enfants envoyés en pensionnat y seraient décédés, un taux plusieurs fois supérieur au taux de mortalité infantile de l'époque, a noté le rapport.

Le président Murray Sinclair a ajouté que, selon les commissaires, ces quelque 3000 décès pourraient n'être que la pointe de l'iceberg et s'élever plutôt à 6000. Le rapport contient des recommandations pour continuer à mener ce macabre décompte.

Génocide culturel

La Commission a dénoncé dès le premier paragraphe du rapport la politique du gouvernement fédéral à l'égard des peuples autochtones, dans le cadre de laquelle ces pensionnats ont été créés.

«Cette politique était destinée à éliminer les peuples autochtones en tant qu'entités politiques et culturelles distinctes, peut-on lire dans le document. L'établissement et les activités de ces pensionnats autochtones étaient une partie centrale de cette politique, qui ne peut être décrite que comme un génocide culturel.»

Pressé par les partis de l'opposition d'accepter les recommandations du rapport, dont celle de mettre en oeuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, le gouvernement Harper s'est gardé de faire des promesses et de reconnaître l'existence d'une tentative de génocide culturel, mardi.

«Ce gouvernement a agi dans plusieurs dossiers pour améliorer la vie des Autochtones», a cependant affirmé le premier ministre, évoquant entre autres les excuses du Parlement aux peuples autochtones en 2008.

Le Parti libéral s'est, quant à lui, engagé à adopter toutes les recommandations du rapport s'il prend le pouvoir.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer