Prêter serment à la reine pour devenir canadien reste obligatoire

L'ancien ministre libéral Sergio Marchi a confié à... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

L'ancien ministre libéral Sergio Marchi a confié à La Presse Canadienne, en 2013, que l'ex-premier ministre Jean Chrétien aurait voulu que le serment d'allégeance ne soit plus fait à la reine mais plutôt au Canada. Mais à la dernière minute, M. Chrétien aurait reculé, selon M. Marchi. On aurait été alors à la veille du référendum de 1995.

Photo archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lina Dib
La Presse Canadienne
OTTAWA

On ne peut échapper au serment d'allégeance à la reine si on veut devenir citoyen canadien. Trois demandeurs qui se sont adressés en vain aux tribunaux viennent de voir disparaître leur dernier recours. La Cour suprême du Canada a refusé d'entendre leur cause.

Michael McAteer, Simone Topey et Dror Bar-Natan sont tous trois résidents permanents du Canada.

Ils veulent devenir citoyens canadiens mais, pour des raisons différentes, ne veulent pas obéir à l'exigence dans la Loi sur la citoyenneté de prêter un serment d'allégeance à la reine.

M. McAteer a émigré d'Irlande. Il dit que de prêter serment à la reine trahirait son héritage et limiterait sa capacité de militer pour l'abolition de la monarchie au Canada.

Mme Topey est jamaïcaine. Prêter serment à la reine violerait ses croyances religieuses de rastafarienne.

M. Bar-Natan vient d'Israël. Il a plaidé que ce serment violerait sa croyance en l'égalité de tous.

Ils avaient perdu leur cause une première fois dans une cour ontarienne en septembre 2013.

«La Charte garantit la liberté d'expression et la liberté de conscience, et un serment est une sorte de discours politique obligé», avait dit alors M. Bar-Natan qui vit au Canada depuis 2002.

M. McAteer, quant à lui, avait plaidé qu'il refusait le serment parce que son père a combattu dans la guerre civile pour obtenir l'indépendance de l'Irlande. «Prêter serment d'allégeance à un monarque qui vit à l'étranger irait à l'encontre de ma conscience et serait une trahison de mon héritage républicain», avait-il dit.

Les demandeurs n'avaient pas convaincu le juge en première instance. En août dernier, la Cour d'appel de l'Ontario ne leur a pas davantage donné raison. Comme la Cour suprême refuse de les entendre, on en restera là.

Informé de l'issue de sa bataille, M. McAteer a dit qu'il était déçu mais pas surpris. L'homme de Toronto habite le Canada depuis 51 ans. À 81 ans, il n'a pas l'intention de changer d'avis. «Si le serment reste, je ne prendrai pas la citoyenneté canadienne», a-t-il dit.

L'ancien ministre libéral Sergio Marchi a confié à La Presse Canadienne, en 2013, que l'ex-premier ministre Jean Chrétien aurait voulu que le serment d'allégeance ne soit plus fait à la reine mais plutôt au Canada. Mais à la dernière minute, M. Chrétien aurait reculé, selon M. Marchi. On aurait été alors à la veille du référendum de 1995.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer