Le nouveau maire de Toronto salue la contribution de Rob Ford

Présent à la cérémonie d'assermentation et à la... (Photo: PC)

Agrandir

Présent à la cérémonie d'assermentation et à la séance du conseil municipal, Rob Ford a remercié son remplaçant, John Tory.

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Toronto

Le nouveau maire de Toronto a remercié, mardi, son controversé prédécesseur, Rob Ford, pour sa contribution à la vie publique, et lui a souhaité un prompt rétablissement et un retour rapide à l'hôtel de ville.

Dans un nouvel élan de réconciliation politique après les élections d'octobre dernier, John Tory a présenté mardi au conseil municipal une motion de remerciement adressée à M. Ford, qui combat un liposarcome malin, une forme rare de cancer. Le conseil a adopté à l'unanimité cette résolution présentée par le maire tout de suite après la cérémonie d'assermentation.

Rob Ford s'était retiré de la course à la mairie lorsqu'il a appris la nouvelle de sa maladie. Il a toutefois facilement conservé son siège de conseiller municipal le 27 octobre, même s'il n'a pratiquement pas fait campagne à cause de ses traitements de chimiothérapie.

Présent mardi à la cérémonie d'assermentation et à la séance du conseil municipal, le maire sortant a remercié son remplaçant en lui faisant un signe du pouce - il ne peut serrer des mains durant ses traitements, pour éviter les infections microbiennes.

Dans sa première allocution au conseil municipal, le maire Tory s'est engagé à mettre un terme à ce qu'il a appelé la division qui a paralysé l'hôtel de ville depuis quelques années. Rob Ford avait été dépouillé de la plupart de ses pouvoirs l'an dernier lorsqu'il a admis qu'il avait pris de la drogue alors qu'il était «ivre mort».

Et alors que Rob Ford avait invité le controversé commentateur de hockey Don Cherry à prendre la parole à sa cérémonie d'assermentation, il y a quatre ans, M. Tory a choisi comme invité d'honneur une militante contre la violence armée, Louise Russo, victime d'une «balle perdue» lors d'un règlement de comptes en 2004. Don Cherry, lui, s'en était pris, dans une diatribe inattendue, à la «gau-gauche rose et cinglée» de Toronto.

Lundi, tout de suite après la passation des pouvoirs, M. Tory, un ancien chef du Parti progressiste-conservateur de l'Ontario, avait décidé, de façon symbolique, d'amorcer son mandat en rencontrant la première ministre libérale de la province. Kathleen Wynne avait refusé à plusieurs reprises de rencontrer M. Ford après que la majorité de ses pouvoirs lui a été retirée au mois de novembre 2013.

En plus du maire Tory, 65e magistrat dans l'histoire de la métropole canadienne, 44 conseillers ont prêté serment, mardi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer