Le premier ministre du Manitoba, contesté, veut demeurer en poste

Greg Selinger... (Photo: PC)

Agrandir

Greg Selinger

Photo: PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
Winnipeg

Greg Selinger a dit mardi qu'il demeurera en poste comme premier ministre du Manitoba malgré les remises en question de son leadership au sein même de son cabinet.

M. Selinger a dit avoir discuté avec certains ministres ayant laissé entendre publiquement que le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD) devait réévaluer son avenir à la tête de la formation politique.

En conférence de presse, en fin d'après-midi, M. Selinger a affirmé avoir eu des échanges avec ces ministres, mardi, pour leur signifier que tous devaient «mettre leur énergie» dans le travail sur les «priorités» des Manitobains.

Le premier ministre a dit être investi dans ce travail et vouloir aller de l'avant.

M. Selinger n'avait pas été entendu en public ou dans les médias depuis lundi, alors que d'anciens ou actuels ministres ont suggéré que le premier ministre pourrait peut-être démissionner, 18 mois avant le prochain scrutin.

Becky Barrett, ancienne collègue de M. Selinger dans le cabinet de Gary Doer, au début des années 1980, a estimé que le premier ministre devrait songer à quitter son poste, compte tenu des sondages désastreux qui maintiennent le NPD à un creux depuis la hausse de la taxe de vente, l'an dernier.

Tous les membres du caucus du NPD avaient voté en Chambre pour relever la taxe de vente, mais alors que le mouvement anti-Selinger prenait de l'ampleur cette semaine, certains ont tenté de se dissocier de la décision impopulaire.

Stan Struthers, le ministre des Finances ayant présidé à la hausse de taxe et ayant été rétrogradé par la suite aux Administrations municipales, a soutenu que la mesure était une idée de M. Selinger.

«Le premier ministre a signifié clairement qu'il en prenait la responsabilité. Vous pouvez imaginer qu'il y avait eu beaucoup d'opinions différentes exprimées autour de la table, beaucoup de discussions sur la décision que nous avons prise», a fait valoir M. Struthers.

Le NPD est au pouvoir depuis 1999, et a obtenu 46 pour cent des voix lors des élections de 2011.

De récents sondages laissent croire à un soutien populaire désormais autour de 30 pour cent, bien moindre que celui des progressistes-conservateurs.

La ministre des Finances, Jennifer Howard, avait tenu à rappeler que les politiciens doivent toujours demeurer à l'écoute des inquiétudes formulées par des membres de l'état-major du parti, comme Mme Barrett.

Greg Selinger a été ministre des Finances de 1999 à 2009 dans le cabinet de Gary Doer, avant de devenir lui-même chef du NPD et premier ministre. Il a ensuite redonné la victoire à son parti en 2011 avec 37 sièges sur 57, un de plus qu'au scrutin précédent.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer