Des manifestants profiteront de la venue de Hollande au Québec

Le président François Hollande doit effectuer une visite... (PHOTO PHILIPPE WOJAZER, REUTERS)

Agrandir

Le président François Hollande doit effectuer une visite officielle au Canada du 2 au 4 novembre.

PHOTO PHILIPPE WOJAZER, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
MONTRÉAL

Les employés municipaux du Québec qui manifestent contre la réforme de leurs régimes de retraite entendent perturber la visite d'État du président français François Hollande début novembre pour peser sur les autorités locales.

La coalition syndicale des employés municipaux a voté une résolution en ce sens pour peser sur les négociations avec le gouvernement libéral québécois.

Si le président français et le premier ministre québécois Philippe Couillard «veulent se rencontrer, ce sera à huis clos et loin de l'attention publique», a déclaré vendredi Marc Ranger, le président de la coalition.

«On va prendre les moyens pour que ces rencontres soient très difficiles à tenir», a-t-il promis à l'AFP.

Le président François Hollande doit effectuer une visite officielle au Canada du 2 au 4 novembre.

Après une arrivée à Calgary, dans l'Ouest canadien, et des rencontres avec le gouvernement fédéral à Ottawa, François Hollande doit arriver à Québec le lundi 3 novembre en fin de journée où il sera reçu par Philippe Couillard.

La visite à Québec, également le mardi matin, sera suivie dans l'après-midi par une rencontre à Montréal avec la communauté française.

Depuis le début de l'été, les employés municipaux multiplient les manifestations, souvent spectaculaires, pour dénoncer le projet de loi visant à réformer les régimes de retraite pour assurer leur financement et combler le déficit annoncé avec le vieillissement des actifs.

Ce projet de loi est «une attaque sans précédent de nos droits fondamentaux» par un gouvernement québécois qui fait preuve d'«entêtement et de désinvolture», a estimé Marc Ranger.

Les syndiqués ont entamé «une guerre de tranchées» et les ministres comme les élus de la majorité «ne dormiront pas» tant qu'ils persisteront dans leur projet de réforme.

«Si des gens viennent au Québec comme le président français», alors «on veut que ça se sache», que les syndiqués mènent une «révolte sociale» pour la défense de leurs acquis, a assuré Marc Ranger.

Il existe 172 régimes de retraite pour les employés municipaux de la province francophone. Les tensions pourraient faire tache d'huile, car la réforme des retraites devrait aussi être élargie aux régimes des secteurs de la santé et de l'éducation.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer