NÉ: le gouvernement s'excuse auprès de victimes d'abus dans un orphelinat

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil... (Photo Andrew Vaughan, La Presse Canadienne)

Agrandir

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil

Photo Andrew Vaughan, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
HALIFAX, N.-E.

Le premier ministre de la Nouvelle-Écosse a présenté ses excuses, vendredi, aux anciens résidants d'un orphelinat pour enfants noirs victimes d'abus et de négligence dans cet établissement de Halifax.

Stephen McNeil a déclaré que l'une des grandes tragédies de la province était que les appels à l'aide de ces enfants n'aient pas été entendus. Il a affirmé qu'aucun enfant ne devrait vivre la douleur subie par certains pensionnaires de la Maison des enfants de couleur (Home for Colored Children).

Le premier ministre a dit espérer que ses excuses officielles, présentées devant la législature, apportent du réconfort aux victimes. Son discours a été accueilli par les applaudissements nourris de plusieurs personnes présentes, notamment certaines victimes.

D'anciens résidants de l'orphelinat affirment avoir été victimes d'agressions physiques, psychologiques et sexuelles durant plusieurs décennies.

Des recours collectifs ont été intentés par ces ex-pensionnaires contre l'orphelinat et le gouvernement provincial, qui se sont conclus par un règlement total de 34 millions de dollars.

L'orphelinat a accepté un règlement de 5 millions avec les ex-résidants en juillet 2013, tandis que la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse a approuvé une compensation de la province de 29 millions l'an dernier.

«Nous entendons votre voix et nous déplorons votre douleur», a déclaré M. McNeill vendredi. «Nous sommes sincèrement désolés pour les traumatismes et la négligence que vous avez subis, et dont les effets continuent de se faire sentir sur vous et vos proches.»

Selon l'avocat qui représente les victimes, près de 250 personnes ayant résidé à l'orphelinat de 1921 jusqu'à 1989 sont admissibles à l'indemnisation provinciale. L'entente est toujours entre les mains de la Cour suprême de la Nouvelle-Écosse, qui a demandé aux avocats des plaignants de trouver une jurisprudence pouvant appuyer leur proposition visant à ce que ceux qui se sont inscrits tardivement au recours collectif assument une part des frais juridiques des premiers plaignants.

Les avocats réclament des honoraires de 6,6 millions de dollars, une proposition qui a aussi été soumise au tribunal, dont la décision est attendue jeudi prochain.

Le gouvernement libéral a également promis une enquête publique sur les sévices allégués, afin notamment de donner la possibilité aux victimes de raconter leur drame.

L'orphelinat est maintenant un centre d'hébergement de courte durée pour des enfants de toutes origines.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer