Postes Canada: Harper tenté par la privatisation?

Selon Denis Lemelin, président national du syndicat des... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE)

Agrandir

Selon Denis Lemelin, président national du syndicat des postes, les changements structurels envisagés par le gouvernement Harper ne visent qu'à rendre Postes Canada plus attrayante aux yeux des investisseurs.

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, LA PRESSE

(Ottawa) Alors que Postes Canada met la hache dans les services de livraison à domicile pour réduire ses frais d'exploitation, le premier ministre Stephen Harper s'est vu remettre il y a quelques mois une note d'information détaillant les étapes qui ont mené à la privatisation du service postal en Grande-Bretagne, la Royal Mail, l'an dernier.

Cette même note, obtenue par La Presse en vertu de la Loi sur l'accès à l'information et datée du 13 septembre 2013, souligne aussi que d'autres pays ont réussi à privatiser leurs services postaux avec succès, dont l'Allemagne.

Dans cette note, rédigée par le greffier du Bureau du Conseil privé, Wayne Wouters, on souligne au premier ministre que la Royal Mail, à l'instar de bien d'autres sociétés d'État à travers le monde chargées de livrer le courrier, est confrontée à des difficultés financières découlant de la baisse importante du volume de courrier et du déficit du régime de retraite des employés.

M. Wouters explique que le gouvernement britannique de David Cameron a privatisé la Royal Mail en offrant 90% des actions aux investisseurs privés et en réservant 10% des actions aux employés.

La note de quatre pages est toutefois largement censurée, notamment l'analyse du Bureau du Conseil privé. Mais on prend le soin de souligner que la privatisation de la Deutsche Post, en Allemagne, en 2000, a été couronnée d'un grand succès.

Un proche collaborateur de Stephen Harper, Carl Vallée, a tenu à minimiser l'importance de cette note au premier ministre sur la privatisation du service postal dans certains pays.

«Le premier ministre reçoit tout plein de notes d'information du Bureau du Conseil privé [le ministère du premier ministre] sur diverses questions d'actualité et sujets. Le fait qu'il reçoive un mémo sur le sujet ne doit pas être interprété comme une intention de donner suite à l'information contenue dans la note», a-t-il affirmé dans un courriel envoyé à La Presse.

Les soupçons du syndicat

Même si le gouvernement Harper nie avoir une telle intention, le Syndicat des travailleurs et travailleuses des postes (STTP) soupçonne depuis longtemps les conservateurs de vouloir à terme privatiser la société d'État.

«Depuis le début, nous soupçonnons les conservateurs de s'intéresser à la privatisation de Postes Canada. En permettant à Postes Canada de mettre en oeuvre son Plan en cinq points, le gouvernement Harper rend la société d'État plus attrayante aux yeux des investisseurs du secteur privé, car les coûts d'exploitation s'en trouvent réduits. Le gouvernement commence par convaincre la population que le service postal connaît des difficultés, puis il le vend au rabais. S'il y a privatisation, la population perdra un service public à la fois important et précieux. Nous allons tout faire pour empêcher la privatisation de Postes Canada», a affirmé le président national du syndicat, Denis Lemelin.

Le NPD partage cette inquiétude. Selon le député néo-démocrate Guy Caron, le gouvernement Harper affiche une totale indifférence face à l'avenir du service postal au pays.

Il affirme que la santé financière de Postes Canada n'est pas si désastreuse que le laissent entendre les dirigeants de la société d'État. À preuve, cette société a réalisé des profits durant 18 des 20 dernières années.

«Il est indéniable qu'il y a un intérêt certain de la part du gouvernement conservateur pour la privatisation. Il y a un canal de communication d'ouvert pour effectivement analyser l'expérience britannique», a affirmé M. Caron.

Il a souligné que l'ancienne PDG de Postes Canada, Moya Greene, est à la tête de la Royal Mail en Grande-Bretagne depuis qu'elle a été privatisée.

M. Caron a affirmé que la privatisation de Postes Canada entraînerait une réduction importante d'un service essentiel. Il a ajouté que la société d'État devrait offrir des services postaux bancaires, notamment en région, pour augmenter ses revenus, comme cela se fait dans certains pays européens.

- Avec la collaboration de William Leclerc




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer