Moins de sans-logis au lendemain du 1er juillet

De moins en moins de gens se retrouvent sans logement au lendemain de la grande... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Camille Carpentier
La Presse

De moins en moins de gens se retrouvent sans logement au lendemain de la grande journée de déménagement au Québec, selon des chiffres recueillis par le Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU).

Cette année, au moins 27 ménages québécois se sont retrouvés sans toit, soit 19 à Gatineau, 4 à Montréal et 4 à Rouyn-Noranda.

Pour François Saillant, coordonnateur du FRAPRU, la réalité est bien différente de celle du début des années 2000, alors que des centaines de ménages devaient être hébergés temporairement dans des polyvalentes. L

a construction de 23 468 logements coopératifs dans les 10 dernières années aura selon lui contribué à ce changement de cap. L'organisme craint toutefois que les récentes coupes budgétaires des gouvernements fédéral et provincial ne fassent ressurgir la pénurie de logements abordables d'ici 2020.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer