Élections en Ontario: majorité-surprise pour les libéraux

La première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne.... (La Presse Canadienne)

Agrandir

La première ministre de l'Ontario Kathleen Wynne.

La Presse Canadienne

(Ottawa) L'Ontario a causé une surprise de taille, hier, en élisant un gouvernement majoritaire libéral et en rejetant la médecine de cheval proposée par le Parti progressiste-conservateur pour remettre l'économie de la province sur les rails.

Les libéraux de Kathleen Wynne ont gagné 59 circonscriptions, les conservateurs de Tim Hudak 27 et le NPD d'Andrea Horwath 21.Le chef conservateur Tim Hudak a annoncé sa démission peu avant 23 h. Élu en 2009 à la tête du parti, il subissait sa deuxième défaite lors d'élections générales. « Je suis fier de ce que notre équipe a accompli et je suis optimiste pour l'avenir de notre province », a-t-il dit devant ses partisans à Grimsby.

« Mais je ne dirigerai pas le Parti PC [Parti progressiste-conservateur] de l'Ontario lors des prochaines élections. »

Tim Hudak continuera néanmoins de siéger comme député de Niagara-Ouest-Glanbrook et de diriger ses troupes jusqu'à ce qu'elles lui trouvent un successeur.

Une victoire libérale aussi décisive ne faisait pas partie des principaux scénarios envisagés : en fin de campagne, les sondages plaçaient les conservateurs et le Parti libéral au coude à coude, accordant aux libéraux une légère avance.

Plusieurs prévoyaient donc un autre gouvernement minoritaire, probablement libéral, mais peut-être aussi conservateur. Ces derniers ont en fin de compte perdu une dizaine de sièges. M. Hudak a néanmoins conservé le sien dans la région de Niagara, à l'instar des autres chefs.

Les progressistes-conservateurs ont fait campagne en promettant de créer un million d'emplois en Ontario, mais de supprimer par ailleurs 100 000 postes dans la fonction publique.

« C'était un cadeau », a convenu le coprésident de la campagne libérale Tim Murphy lors d'une entrevue au réseau CBC. M. Hudak a fait l'annonce de ces compressions de 100 000 postes quelques jours après le déclenchement de la campagne.

« Le choix entre le point de vue des conservateurs et notre point de vue allait être clair. Ça l'a rendu clair comme de l'eau de roche », a ajouté M. Murphy.

Ce « Million Jobs Plan » a aussi été discrédité par des économistes qui ont remis en question le calcul et le caractère réaliste du nombre d'emplois qu'a fait miroiter M. Hudak.

Malgré les scandales

Kathleen Wynne a quant à elle fait campagne sur un budget rejeté par les deux partis de l'opposition, où elle a multiplié les promesses, faisant ainsi gonfler le déficit de la province. Elle s'est notamment engagée à investir 29 milliards de dollars sur 10 ans pour parfaire les infrastructures de transport routier et en commun à travers la province.

La victoire libérale est d'autant plus surprenante que le parti est au pouvoir depuis 2003 et qu'il a été touché par divers scandales, dont celui des centrales au gaz. « On parlera de cette victoire comme l'une des plus importantes de l'histoire, avec tout le bagage qu'elle devait transporter », a noté à cet égard l'ancien premier ministre libéral de l'Ontario, David Peterson, sur les ondes de Global.

Les libéraux, qui devaient gagner six sièges de plus qu'à la dissolution de l'Assemblée pour atteindre le chiffre magique de 54 et former la majorité, en ont finalement remporté une dizaine.

Quant au NPD, qui a déclenché les élections, il a fait de modestes gains, lui qui détenait 21 sièges à l'Assemblée législative avant la dissolution. Il s'agit néanmoins de sa meilleure performance au cours d'élections générales depuis le raz-de-marée de 1990, qui avait vu 74 des députés néo-démocrates de Bob Rae se faire élire.

« Le NPD a réussi à aller chercher quelques sièges supplémentaires et nous avons augmenté notre appui populaire », s'est réjouie Mme Horwath.

Elle a promis de travailler avec ses collègues de tous les partis pour faire avancer les choses à Queen's Park.

Première femme

Kathleen Wynne devient ainsi la première femme élue première ministre au cours d'élections générales dans l'histoire de l'Ontario. Sa compagne Jane est montée brièvement sur la scène avec elle lors de son discours prononcé devant des militants dans le centre-ville de Toronto.

« L'Ontario est un endroit superbe et inclusif. Et je veux qu'on le chérisse. »

« Ce soir, vous avez voté pour les emplois, vous avez voté pour la croissance, vous avez voté pour bâtir l'Ontario, a-t-elle ajouté.

« Nous allons bâtir un avenir solide pour tous les Ontariens. »

Elle a réitéré sa promesse électorale de convoquer l'Assemblée législative d'ici 20 jours pour débattre du budget présenté et le faire adopter avant le déclenchement des élections.

En chiffres

1
Première femme élue première ministre de l'Ontario lors d'élections générales
2
Nombre de femmes premières ministres au Canada. Il y en avait six il y a un an.
11
Nombre d'années consécutives au pouvoir pour les libéraux.
4
Nombre de victoires consécutives des libéraux.
107
Nombre de sièges à l'Assemblée législative de l'Ontario.

Résultats du vote

25 132 bureaux de scrutin sur 25 133 (100,0 %)

  • Parti libéral: 1 862 889 (38,7%)
  • Parti conservateur: 1 506 109 (31,2%)
  • NPD: 1 144 501 (23,7%)
  • Parti vert: 233 262 (4,8%)
  • Autres: 72 940 (1,5%)
  • Total: 4 819 709




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer