L'aérogare de Mirabel sera détruite

Trop cher, trop vieux et inutilisable: le bâtiment principal de l'aéroport de... (Photo archives La Presse)

Agrandir

Photo archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Trop cher, trop vieux et inutilisable: le bâtiment principal de l'aéroport de Mirabel sera détruit, a annoncé ce matin l'entreprise publique de gestion Aéroports de Montréal (ADM).

Trop cher, trop vieux et inutilisable: le bâtiment... (Photo archives La Presse) - image 1.0

Agrandir

Photo archives La Presse

L'aérogare a été inaugurée en 1975 et n'accueille plus de voyageurs depuis le début des années 2000. 

Ce matin, dans le cadre de son assemblée annuelle, ADM a annoncé qu'elle lancerait un appel d'offres pour la destruction du bâtiment. Transports Canada, responsable ultime des aéroports en sol canadien, aurait déjà donné son feu vert au projet.

Même désaffectée, l'aérogare coûtait environ 5 millions  par année en entretien, soit plus de 30 millions depuis 2004.

«Il est temps de tourner la page et de penser à l'avenir», a affirmé le grand patron d'ADM, James Cherry, selon Les Affaires.

L'aérogare occupe 15 acres, alors que la superficie totale de la zone opérationnelle de l'aéroport est de 6000 acres. D'autres sections de l'aéroport sont actuellement utilisées par des entreprises d'aéronautique et d'autres industries liées au monde de l'aviation.

Les activités à Mirabel en 2014 (vidéo d'ADM)

Aéroports de Montréal a par ailleurs annoncé jeudi ses résultats d'exploitation consolidés pour le premier trimestre 2014.

Ce premier trimestre a vu le trafic à Montréal-Trudeau se chiffrer à 3,5 millions de passagers embarqués/débarqués, en légère hausse.

Les revenus tirés des stationnements et une hausse des tarifs aéronautiques ont fait en sorte que les produits consolidés se sont élevés à 113,9 millions $, une augmentation de 1,2 million $ ou 1,1% comparativement à la même période l'année précédente.

Les charges d'exploitation ont atteint 46,3 millions $, une hausse de 2 millions $ ou 4,5%. Cette variation s'explique notamment par l'augmentation de certaines dépenses d'exploitation ainsi que par la hausse des salaires.

Le trimestre s'est soldé par une insuffisance des produits par rapport aux charges de 3,2 millions $, comparativement à un excédent de 1,3 million $ pour la période correspondante en 2013.

Avec La Presse canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer