Appeler à l'aide... ou pas: la femme à la valise

Pour les victimes de violences liées à l'honneur, le salut est au bout du fil.... (ILLUSTRATION LA PRESSE)

Agrandir

ILLUSTRATION LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Au nom de l'honneur
Au nom de l'honneur

Encore aujourd'hui, des Québécoises sont menacées par leur famille, maltraitées, et parfois mariées de force au nom de l'honneur. »

Sur le même thème

Pour les victimes de violences liées à l'honneur, le salut est au bout du fil. Le pas le plus difficile à franchir pour elles, témoignent les intervenants, c'est de dénoncer les sévices dont elles sont victimes. Certaines trouvent le courage de le faire. D'autres, non.

En novembre, des policiers ont sonné à la porte du Bouclier d'Athéna. Avec eux, Dalia*, 30 ans, enceinte de huit mois. Accroché à ses jupes, un enfant de 2 ans. Dalia venait de fuir son mari qui la maltraitait.

Elle n'avait pas d'argent, pas d'amis, pas de famille. Personne pour la soutenir. Elle était seule avec son ventre énorme, son enfant, ses peurs et sa valise sur laquelle son nom avait été griffonné à la hâte avec une craie.

Ce détail a frappé la directrice du Bouclier d'Athéna, Melpa Kamateros. «C'est comme si on était dans un pays en guerre. Imaginez le désespoir de cette femme.»

Le Bouclier, un organisme communautaire, aide les femmes victimes de violence qui viennent des quatre coins du monde. Les intervenantes parlent 18 langues: ourdou, arabe, arménien, créole, espagnol, farsi...

Dalia ne parle pas français et elle ne connaît que quelques mots d'anglais. Lorsque la police ou SOS violence conjugale reçoivent l'appel d'une femme en détresse qui ne parle ni anglais ni français, ils l'emmènent au Bouclier d'Athéna.

Le Bouclier a une maison d'hébergement. Depuis 2004, Maria Kokkoris la dirige. Elle accueille des femmes victimes de violence conjugale, mais aussi familiale, c'est-à-dire une violence exercée non seulement par le mari, mais aussi par le père, la mère, les frères ou les cousins. Les motifs: l'honneur, la réputation, la honte.

«Lorsque les femmes arrivent chez nous, elles ont peur et elles pleurent», raconte Maria Kokkoris.

Une femme victime de violence peut appeler la police, le CLSC, l'hôpital, la DPJ ou SOS violence conjugale. L'aide existe, mais le principal obstacle se trouve dans la tête des femmes. Si elles ne décrochent pas le téléphone pour dénoncer la violence dont elles sont victimes, elles ne recevront aucune aide. Elles doivent faire le premier pas, sauf que ce simple geste exige un immense courage, explique Maria Kokkoris. Et c'est encore plus difficile si elles sont incapables de parler français ou anglais. Comme Dalia.

«Quand une femme ne parle pas la langue, tout est compliqué: prendre l'autobus, ouvrir un compte, explique Maria. Elles sont tellement isolées, elles n'ont personne à qui parler. Souvent, leur famille ne vit pas ici. Les maris ne veulent pas qu'elles apprennent le français. Pour eux, les femmes doivent rester à la maison.»

Maria en a vu, des femmes défiler dans sa maison d'hébergement. «Une jeune, début vingtaine, a fui sa famille parce qu'elle n'en pouvait plus. Elle subissait de la violence physique et psychologique de la part de sa mère et de son frère. Des insultes, des coups. Ils voulaient la renvoyer dans son pays d'origine pour la marier de force. Elle a fui. Aujourd'hui, elle va bien, elle travaille. Son frère et sa mère ignorent où elle vit.»

Dalia aussi est partie. Sa grossesse a exacerbé la violence de son mari. Peu de temps après sa fuite, elle a accouché. Elle vit dans la maison d'hébergement avec son poupon et son enfant de 2 ans.

Elle a trouvé sa planche de salut. Mais il a fallu qu'elle trouve le courage de décrocher le téléphone.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Appeler à l'aide... ou pas: dix chiffres et un rouge à lèvres

    National

    Appeler à l'aide... ou pas: dix chiffres et un rouge à lèvres

    Pour les victimes de violences liées à l'honneur, le salut est au bout du fil. Le pas le plus difficile à franchir pour elles, témoignent les... »

  • Prisonnière de l'honneur

    National

    Prisonnière de l'honneur

    Deux femmes, deux destins tragiques. Nadia, 14 ans, torturée par son époux, et Moqtada,12 ans, mariée à un déficient intellectuel. Elles témoignent à... »

  • Alina et la DPJ

    National

    Alina et la DPJ

    Elles ont appelé à l'aide, et personne n'a entendu: l'affaire Shafia, il y a quatre ans, qui s'est soldée par la mort de quatre femmes, a... »

  • Au bout du monde... à Montréal

    National

    Au bout du monde... à Montréal

    Lorsque Maria* a commencé à travailler comme intermédiaire culturelle au Bouclier d'Athéna, elle a eu un choc. »

  • Autopsie des mariages forcés

    National

    Autopsie des mariages forcés

    Pour sa thèse de doctorat en criminologie, la chercheuse Madeline Lamboley a rencontré une douzaine de femmes victimes de mariages forcés. Ces femmes... »

  • Québécoises et mariées de force

    National

    Québécoises et mariées de force

    Le phénomène existe ici aussi. Et il est grand temps que le Canada légifère pour interdire formellement les mariages forcés, estiment deux... »

  • La mariée qui pleurait

    National

    La mariée qui pleurait

    Sur le lit de la petite chambre où elle a abouti il y a quelques mois, elle déplie le somptueux tissu incrusté de pierreries. Les plis et replis du... »

  • 5000 victimes sur le globe

    National

    5000 victimes sur le globe

    L'Asie, l'Afrique, l'Europe, l'Amérique du Nord. Presque aucun continent n'échappe au code de l'honneur. L'ONU estime à 5000 le nombre de femmes... »

  • Samia, 16 ans, mariée de force

    Au nom de l’honneur

    Samia, 16 ans, mariée de force

    Samia Shariff a réussi à se libérer d'un mariage forcé, mais pendant 14 ans, elle a été battue et violée par son mari. Elle a fui l'Algérie qui... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer