Des milliers de voyageurs espionnés dans un aéroport canadien

Un document hautement confidentiel dévoilé par Edward Snowden montre... (Photo Matt Slocum, Archives AP)

Agrandir

Un document hautement confidentiel dévoilé par Edward Snowden montre que le CST a été en mesure de suivre des voyageurs pendant une semaine ou plus alors qu'ils apparaissaient sur d'autres réseaux sans fil de différentes villes canadiennes.

Photo Matt Slocum, Archives AP

La Presse Canadienne
OTTAWA

L'agence canadienne de surveillance électronique aurait observé les appareils sans fil de milliers de voyageurs en utilisant les informations glanées à partir du service gratuit de connexion à Internet d'un important aéroport canadien.

CBC/Radio-Canada rapporte que cette révélation est contenue dans un document hautement confidentiel dévoilé par Edward Snowden, un ex-consultant de l'agence américaine de sécurité nationale.

Le document indique que le Centre de la sécurité des télécommunications (CST) du Canada s'est fait remettre des informations provenant d'appareils sans fil utilisant le service Internet d'un aéroport sur une période de deux semaines, affirme le réseau de télévision. On ne sait pas de quel aéroport il s'agit.

Le document montre que le CST a ensuite été en mesure de suivre des voyageurs pendant une semaine ou plus alors qu'ils apparaissaient sur d'autres réseaux sans fil de différentes villes canadiennes.

Dans un communiqué publié jeudi, le CST refuse de confirmer ou d'infirmer ces allégations.

La commissaire à la vie privée de l'Ontario, Ann Cavoukian, a déclaré à la CBC qu'il serait «incroyable» que le CST s'engage dans ce type de surveillance visant des Canadiens. Elle a estimé qu'une telle pratique «ressemble aux activités d'un État totalitaire».

Plus tôt cette semaine, la commissaire fédérale à la protection de la vie privée par intérim, Chantal Bernier, avait affirmé que le CST devrait mieux informer les Canadiens sur ses activités.

Le document obtenu par la CBC affirme que cet exercice de surveillance a été mené dans le cadre d'un projet-pilote avec l'équivalent américain du CST, la National Security Agency (NSA). Selon le document, l'agence a observé des métadonnées incluant les emplacements et les numéros de téléphone des appels faits et reçus, mais pas leur contenu.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer