Exclusif

Pont Champlain: le chantier risque d'être perturbé, prévient Marois

Le gouvernement Marois estime qu'il n'est pas assez... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse)

Agrandir

Le gouvernement Marois estime qu'il n'est pas assez informé sur le chantier du pont Champlain et exige la mise sur place d'un bureau de projet Canada-Québec.

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(OTTAWA) La reconstruction du pont Champlain risque d'être perturbée en raison du manque de collaboration entre Ottawa et Québec, prévient la première ministre Pauline Marois dans une lettre envoyée à Stephen Harper.

La lettre de Mme Marois, que La Presse a obtenue, est datée du 5 décembre, soit deux jours après sa rencontre avec M. Harper à Montréal pour discuter du pont Champlain. Elle demande à son homologue fédéral d'impliquer davantage son gouvernement dans la planification de ce projet de 3 à 5 milliards.

«Le processus de planification actuel ne permet pas au gouvernement du Québec d'être suffisamment informé, écrit Mme Marois. J'entrevois d'importantes difficultés à planifier et à agir adéquatement dans la mise en oeuvre des accès et dans l'intégration du SLR au nouveau pont.»

«Dans ce contexte, ajoute-t-elle, il y a donc un risque élevé de dysfonctionnement dans la reconstruction du pont.»

59,4
millions
Le nombre de voitures qui passent chaque année sur le pont Champlain, le pont le plus achalandé au Canada.

La première ministre réclame la mise sur pied d'un bureau de projet Canada-Québec afin de réduire les perturbations du réseau routier métropolitain qu'entraînera ce chantier. Elle soutient que cet organisme permettrait de mieux arrimer la construction du pont et celle du système léger sur rail (SLR), que Québec souhaite bâtir sur la structure.

Au bureau du premier ministre Harper, on indique que la réponse à la lettre de Mme Marois sera expédiée incessamment. Mais on annonce d'emblée qu'il n'est pas question de créer un bureau de projet, puisque Québec ne verse pas un sou pour la construction du nouveau pont Champlain.

«Nous ne demandons rien de mieux que le gouvernement péquiste joigne l'acte à la parole en participant financièrement au projet, a dit le porte-parole du premier ministre, Carl Vallée. Dans un tel cas, nous serions d'accord avec sa proposition sur un bureau de projet conjoint.»

Il rappelle que son gouvernement s'est engagé à collaborer avec tous les partenaires concernés par le projet. «Cela inclut évidemment le gouvernement du Québec», a précisé M. Vallée.

À Ottawa, on souligne qu'un comité consultatif a été mis sur pied pour entendre les préoccupations de Québec et des villes. Mais cette mesure n'a pas permis d'établir des canaux de communication fiables, rétorque-t-on à Québec. Ainsi, en novembre, Québec n'a été prévenu que quelques heures avant de la fermeture d'une voie de circulation sur le pont pendant un mois.

Propriété du pont

En novembre, Mme Marois a demandé à Ottawa de céder au Québec la maîtrise d'oeuvre du chantier. Le gouvernement conservateur a refusé, mais le responsable du dossier, le ministre Denis Lebel, a proposé que les trois ponts fédéraux de Montréal - Champlain, Jacques-Cartier et une partie du pont Mercier - soient cédés au Québec une fois la construction terminée.

Le gouvernement péquiste a d'abord accueilli la proposition froidement, mais, dans sa lettre, Mme Marois se dit maintenant prête à des négociations en ce sens.

«Le gouvernement du Québec estime que la reconstruction du pont doit être financée par le gouvernement fédéral. Nous sommes prêts à examiner le transfert de sa propriété après la reconstruction si cela est assorti d'une entente financière avec le gouvernement fédéral.»

Qui paiera pour la voie maritime?

Le futur pont Champlain coûtera plus cher parce qu'il doit être surélevé pour permettre le transport maritime sur le Saint-Laurent, souligne Pauline Marois dans sa lettre à Stephen Harper, mais ce sont les automobilistes montréalais qui devront payer ce supplément par l'intermédiaire du péage.

La première ministre rappelle que le pont doit être surélevé de 40 mètres afin de permettre le passage des navires sur la Voie maritime. Les coûts supplémentaires seront financés par les automobilistes, même si tout le pays profite de la navigation sur ce corridor névralgique. «Par souci d'équité, cette infrastructure profitant aussi aux régions canadiennes et américaines en amont de Montréal ne doit pas être payée seulement par les Québécois», a écrit Mme Marois.

Au bureau du lieutenant de Stephen Harper au Québec, Denis Lebel, on reconnaît que la construction d'un pont élevé «comporte certaines conséquences financières». «Ces éléments ont toujours été pris en considération, et cette situation ne diffère en rien de celle du pont de l'autoroute 30 ou de l'actuel pont Champlain au moment de sa construction», a indiqué la porte-parole de M. Lebel, Michèle-Jamali Paquette.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer