Accident ferroviaire à Ottawa: au moins six morts

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Ottawa, Ontario) Une violente collision impliquant un train de Via Rail et un autobus à deux étages d'OC Transpo à Ottawa a fait au moins six morts et une trentaine de blessés ce matin.

La collision est survenue à un passage à niveau à la hauteur de l'avenue Woodroffe et du chemin Fallowfield, au sud d'Ottawa, vers 8h50. Le conducteur de l'autobus, Dave Woodward, ainsi que cinq passagers sont au nombre des victimes. Une des victimes a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Des équipes de premiers soins ont été dépêchées sur les lieux afin de porter secours aux blessés. Les passagers blessés ont été transportés dans l'un des quatre hôpitaux de la capitale nationale en fonction de la gravité de leurs blessures.

__________

«C'est une scène terrible. II y a beaucoup de débris et l'impact était vraiment fort»,  a indiqué Marc Messier, du service d'Incendie de la ville d'Ottawa, au réseau CTV. L'avant de l'autobus a été complètement arraché.

Un témoin a dit que l'autobus qui roulait sur une voie rapide réservée au transport en commun ne s'était pas arrêté devant la barrière qui bloquait la voie ferrée. L'autobus aurait frappé l'un des wagons, et non pas la locomotive. Le train transportait une centaine de passagers en tout.

«Boom! il a foncé dans le train, a raconté Pascal Lolgis. Il n'a pas arrêté. Il n'avait peut-être plus de freins. Ou il a eu... une attaque ou quelque chose.»

«Il n'a tout simplement pas arrêté», a répété le témoin.

Selon le président du syndicat des chauffeurs d'OC Transpo, Craig Watson, le chauffeur comptait une dizaine d'années d'expérience. « C'était un très bon chauffeur. Il n'était pas un cas à problème du tout. C'est à peu près tout ce que je peux vous dire pour le moment. Il était respecté par ses collègues. Et il nous manquera énormément », a dit M. Watson.

Il n'a pas voulu divulguer l'identité du chauffeur pour le moment. M. Watson précisé que les autobus d'OC Transpo ne sont pas munis d'une boîte d'enregistrement.

Le train de quatre wagons de Via Rail assurant la liaison entre Montréal et Toronto venait de quitter la gare d'Ottawa après avoir cueilli d'autres passagers. Il a déraillé à la suite de l'impact. Aucun passager du train n'a été blessé, selon Via Rail. Des enquêteurs du Bureau de sécurité des transports se trouvent sur la scène de l'accident afin de commencer leur enquête. Pour l'heure, les enquêteurs du BST, à l'instar des représentants de la Ville d'Ottawa et des premiers répondants, ne sont pas en mesure pour le moment de préciser les causes de l'accident.

« Notre priorité maintenant, c'est de trouver les enregistreuses, les boîtes noires sur les locomotives. Aussi les enregistreuses avec les signaux [...] avec l'autobus. Notre priorité, c'est de [...] regarder s'il y avait le freinage sur les véhicules. De cette information qu'on va prendre, on pourra » déterminer la suite de l'enquête, a expliqué un porte-parole du BST, Glen Pilon.

Le chauffeur ne semble pas avoir vu le train

Les passagers à bord de l'autobus auraient crié au chauffeur d'autobus d'OC Transpo d'arrêter en voyant le train filer dans leur direction. Tous les témoins interrogés par La Presse ont d'ailleurs offert une version similaire: le chauffeur d'autobus ne semble pas avoir vu le train qui arrivait et a poursuivi sa course, défonçant même la barrière du passage à niveau. Il a tenté de freiner à la dernière minute, mais il était trop tard.

Assise à l'arrière de l'autobus, Amanda Brookes, une étudiante de l'Université d'Ottawa qui habite dans les environs de Barrhaven, a raconté avoir échappé de peu à la mort.

«J'aime m'asseoir à l'avant de l'autobus, mais aujourd'hui, c'était très occupé. Il y avait même quelqu'un debout en haut», a-t-elle expliqué alors que son maquillage du matin coulait sur ses joues.

«L'autobus roulait et je regardais... Et j'ai vu tous les véhicules arrêtés. Je me suis dit: ce n'est pas un feu de circulation. C'est une traverse ferroviaire! Et je me suis dit: Oh mon Dieu! Les voitures sont arrêtées, mais notre autobus ne s'arrête pas! Donc tout le monde criait (au conducteur): Arrêtez! Arrêtez!», a indiqué Mme Brookes, qui s'en est tirée avec une légère blessure au genou.

«J'ai vu soudainement que l'autobus essayait d'arrêter. Et j'ai vu la barre qui s'abaisse voler dans les airs. Et je me suis dit: Oh mon Dieu! Nous avons dépassé le point où... Le train peut frapper l'autobus! Et alors il y a eu ce gigantesque impact. Et l'autobus a commencé à trembler, et j'ai eu peur que l'autobus se renverse, mais il a fini par rester debout. »

«L'autobus a essayé d'arrêter. Il n'a juste pas arrêté à temps. C'était terrifiant...», a-t-elle encore dit.

Un autre passager de l'autobus, Chad Mariage, se rendait au travail au centre-ville d'Ottawa, se compte chanceux d'être sorti indemne de cette tragédie. Secoué par ce grave accident, il a dit avoir hâte de retourner à sa maison de Barrhaven, en banlieue d'Ottawa, afin de revoir sa petite fille.

«J'étais assis au deuxième étage vers l'arrière de l'autobus. J'ai remarqué que le train arrivait et qu'on n'arrêtait pas. Immédiatement, je n'ai pas fait de calcul dans ma tête qu'on était pour frapper le train. Une fois que j'ai entendu du monde dire: Wow! Arrête! Arrête! À ce moment-là, j'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu les lumières clignoter. J'ai réalisé à ce moment-là qu'on était pour frapper le train. On était chanceux, à mon avis, que le train a dépassé l'autobus un petit peu. On a frappé la locomotive, je pense, après que le nez est passé. Donc ceux en arrière, au milieu de l'autobus étaient chanceux que ce n'était pas un coup direct. Mais évidemment, mes pensées sont avec ceux qui n'ont pas été aussi chanceux», a-t-il dit.

«Il a freiné beaucoup, beaucoup trop tard. Je ne peux pas présumer ce qu'il faisait. Mais non... Il a freiné. J'ai senti un freinage, parce que ça m'a sorti de mon siège», a-t-il ajouté.

Après l'impact, c'était le chaos le plus total, a-t-il affirmé. «On a fait notre possible pour aider ceux qui sont blessés. En même temps, on veut sortir de l'autobus et on veut revoir notre famille».

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, a lancé un appel aux gens sur son compte Twitter pour qu'ils donnent du sang. Les drapeaux de la ville d'Ottawa ont été mis en berne sur tous les édifices municipaux.

Le premier ministre Stephen Harper a écrit un message de soutien sur son compte Twitter. «J'ai appris avec tristesse la collision entre l'autobus et le train à Ottawa ce matin. Nos pensées accompagnent les familles des victimes».

Via Rail réagit

Plus de cinq heures après qu'un de ses trains soit entré en collision avec un autobus dans la région d'Ottawa, Via Rail réagit.

Dans un très bref communiqué, l'entreprise ferroviaire indique ne pas connaître la cause de l'accident mortel et dit collaborer avec les autorités impliquées dans l'enquête.

Le train #51, parti de Montréal à 6h20, a percuté de plein fouet un autobus de la compagnie OC Transpo à 8h50 ce matin, à un passage à niveau situé à l'est de la gare de Fallowfield. Cent passagers se trouvaient à bord du train. Aucun n'a été blessé.

« Les employés et passagers présents à bord du train recevront tout le soutien nécessaire », assure Via Rail. Les passagers qui devaient voyager à bord des trains entre Ottawa et Toronto aujourd'hui seront transportés par autocars et d'importants retards sont à prévoir aujourd'hui, prévient l'entreprise.

À la gare de Montréal, tous les départs du train de Via Rail en direction d'Ottawa et Toronto ont été annulés et remplacés par des services d'autobus, jusqu'à nouvel ordre.

-Avec Gabrielle Duchaine

Accidents survenus à des traverses ferroviaires au Canada
Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer