Grève générale illimitée dans la construction

La grève générale affecte le chantier du CUSM... (Photo David Boily, La Presse)

Agrandir

La grève générale affecte le chantier du CUSM à Montréal, mais aussi tous les secteurs de l'industrie de la construction au Québec.

Photo David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Plus une seule grue ne devrait s'activer dans le ciel du Québec à partir de minuit dimanche soir: l'ensemble des travailleurs de la construction de la province seront en grève, paralysant des centaines de chantiers.

Yves Ouellet, porte-parole de l'Alliance syndicale qui regroupe la totalité des travailleurs de l'industrie, a annoncé à 16h qu'il ne fallait plus espérer un règlement d'ici la fin de la journée.

Il a appelé les 175 000 syndiqués de sa coalition à ne pas se rendre sur les chantiers de travail lundi, sauf pour participer aux piquets de grève. Ils avaient confié un mandat de grève à leurs leaders, applicable dès la première minute de la journée de lundi.

«C'est une journée assez triste, a déclaré le chef syndical. Ce n'est pas arrivé depuis les années 80. On aurait aimé mieux que ça ne se produise pas.»

Les négociations avaient été rompues samedi, après le dépôt d'une offre patronale qualifiée de «totalement inacceptable» par Yves Ouellet. Depuis, peu ou pas de contacts ont eu lieu entre les parties. «Le téléphone est resté extrêmement silencieux», a-t-il ajouté.

L'Association de la construction du Québec, qui agit comme principal négociateur patronal, a déploré le déclenchement du débrayage.  

«Une grève n'est pas une solution, ont-il indiqué par le biais d'un communiqué.

Le texte qualifiait de «bluff» le blitz de négociation voulu par les syndicats dans les derniers jours. «L'Alliance a rejeté systématiquement les propositions soumises par l'ACQ», a aussi écrit l'ACQ. La grève déclenchée est toutefois légale, a reconnu l'organisation.

Le Québec paralysé

La grève générale promet d'affecter tous les secteurs de l'industrie de la construction dans toutes les régions du Québec. Du nouveau CHUM au barrage de La Romaine en passant par l'amphithéâtre du Québec, aucun chantier d'importance ne progressera d'ici la fin de la grève. La plupart des travaux routiers seront aussi au neutre.

Pour autant, le gouvernement du Québec a fait savoir qu'il n'imposera pas de loi spéciale pour faire rentrer au travail les syndiqués en grève. Dans une lettre envoyée samedi à tous les négociateurs, la ministre du Travail a affirmé que la solution au conflit «passe nécessairement par la négociation et donc par des compromis». Agnès Maltais avait appelé, visiblement en vain, toutes les parties à retourner à la table des négociations.

Dimanche soir, son chef de cabinet a réitéré que «la solution va passer par les tables de négociation. Point!».

Parties éloignées 

Les pierres d'achoppement sont nombreuses dans les pourparlers en cours. Salaires, horaires de travail et mobilité de la main-d'oeuvre n'ont toujours pas fait l'objet d'un accord.

Les négociateurs patronaux demandent notamment de rendre plus flexible l'encadrement du travail la fin de semaine et tôt le matin, afin de payer moins d'heures en temps supplémentaires Les syndicats, pour leur part, ont affirmé que les demandes patronales «manquaient de respect» pour les travailleurs de la construction québécois, «les plus productifs au monde». Ils demandent des augmentations salariales avoisinant les 3% et des mesures favorisant une meilleure conciliation travail-famille.

Un conflit de courte durée?

Le conflit de travail dans l'industrie de la construction ne devrait pas mettre des lunes à se régler, selon un spécialiste du domaine.

Les deux parties ont trop à perdre pour que la grève se prolonge, selon Pier-Luc Bilodeau, professeur de relations industrielles à l'Université Laval. Et le gouvernement ne peut laisser la grève s'enliser sans voir l'économie québécoise en prendre pour son rhume.

«Dans un secteur comme celui-là, on a rarement vu des grèves longues. Il y a trop de monde touché. Le législateur est sollicité très, très rapidement», a-t-il affirmé en entrevue téléphonique avec La Presse.

Selon lui, la ministre Agnès Maltais a clairement laissé entendre que Québec n'hésiterait pas à se salir les mains, si nécessaire.

«Depuis la fin de la semaine dernière, la ministre du Travail a été très claire: les parties ont l'autonomie pour négocier, mais elles ont aussi la responsabilité de s'entendre, a-t-il indiqué. On peut difficilement penser que dans une industrie comme la construction, la patience du législateur soit éternelle.»

Pour l'instant, le cabinet de la ministre met une croix sur la possibilité de rappeler l'Assemblée nationale pour voter une loi spéciale (voir autre texte).

Difficile à soutenir

Même si Québec décidait de demeurer sur les lignes de côté, une grève générale est un mouvement trop complexe à orchestrer pour se prolonger longtemps.

«Déclencher et tenir une grève dans ce secteur-là, c'est exigeant», a tranché M. Bilodeau. Les syndicats qui choisissent cette voie doivent être prêts à livrer une bataille féroce et bien structurée.

«Ce sont des centaines de chantiers de construction d'un bout à l'autre de la province, avec des dizaines de milliers de travailleurs, des milliers d'entrepreneurs, a estimé le professeur. Il y a là une exigence en termes de ressources financières, logistiques et humaines qui est considérable.»

La situation n'est pas plus facile pour les employeurs.

Même si aucune disposition anti-briseurs de grève ne s'applique au domaine de la construction, le système exclut presque totalement cette possibilité. «Pour travailler sur un chantier, un travailleur doit avoir une carte de compétence. À partir du moment où on la lui remet, il doit choisir son affiliation syndicale», a expliqué M. Bilodeau. Tous les syndiqués sont en grève depuis minuit, ce matin.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer