Relations entre autochtones et Canadiens: plus d'ouverture au Québec

la chef de la réserve d'Attawapiskat, Theresa Spence,... (Photo Fred Chartrand, PC)

Agrandir

la chef de la réserve d'Attawapiskat, Theresa Spence, qui a fait une grève de la faim pendant 44 jours, réclamait de rencontrer le premier ministre du Canada, Stephen Harper, ainsi que le gouverneur général.

Photo Fred Chartrand, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Si dans l'ensemble du pays, la méfiance qu'ont les Canadiens envers les communautés autochtones augmente, l'attitude des Québécois envers les premières nations est plus positive que la moyenne nationale, indique un sondage réalisé par l'Association d'études canadiennes et la Fondation canadienne des relations raciales (FCRR).

Selon les deux associations, les Québécois francophones forment le groupe ayant l'attitude la plus ouverte et positive à l'égard des communautés autochtones. Le sondage a également permis de constater que les populations immigrantes ont une attitude qui est plus favorable que les populations dites «de souches» envers les premières nations.

«Il est préoccupant de constater une augmentation des attitudes négatives (envers les autochtones), notamment dans le Canada anglais, a dit par voie de communiqué l'administrateur principal de la FCRR, Rubin Friedman. Il pourrait aussi être particulièrement important d'examiner plus avant la situation dans les provinces du Manitoba et de la Saskatchewan, car c'est là qu'on enregistre les attitudes les plus négatives à leur égard et la plus grande fréquence des contacts.»

La méfiance de la population de ces deux provinces des prairies à l'égard des populations autochtones est étonnante, selon ce que révèle le sondage. Habituellement, plus une population dit avoir des contacts avec des Autochtones, plus leur attitude est positive.

«Cela pourrait donc mener à penser que la fréquence des contacts n'est pas le seul facteur à favoriser des relations positives, mais que la qualité des contacts est également importante», ajoute M. Friedman.

Les relations entre les communautés autochtones et les gouvernements provinciaux et le gouvernement fédéral sont complexes au Canada. Récemment, un mouvement populaire connu sous le nom de Idle No More - ou en français Finie l'apathie -  a retenu l'attention aux quatre coins du pays. Les personnes qui ont participé aux nombreuses manifestations réclamaient que les gouvernements les consultent avant de changer des lois ou des traités qui les concernent.

Le symbole médiatique de ce mouvement a été la chef de la réserve d'Attawapiskat, Theresa Spence, qui a fait une grève de la faim pendant 44 jours, réclamant de rencontrer le premier ministre du Canada, Stephen Harper, ainsi que le gouverneur général. Elle a finalement arrêté son action, lorsque plusieurs partis politiques et groupes de pression ont promis de travailler ensemble pour faire respecter les droits des autochtones.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer