Le felquiste Paul Rose est décédé

Paul Rose en 2000.... (Photo archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Paul Rose en 2000.

Photo archives La Presse Canadienne

Partager

L'ex-felquiste Paul Rose, qui a participé à l'enlèvement du ministre Pierre Laporte en 1970, est décédé jeudi matin à Montréal.

L'homme aurait été victime d'un accident cardiovasculaire il y a deux jours avant d'être hospitalisé à l'hôpital Sacré-Coeur. Il avait 69 ans.

M. Rose était membre de la cellule Chénier du FLQ, avec son frère Jacques, Francis Simard et Bernard Lortie. Tous seront ensuite condamnés à différents degrés pour l'enlèvement et le meurtre du ministre du Travail Pierre Laporte, sous le gouvernement du premier ministre libéral Robert Bourassa.

Paul Rose s'est vu imposer une peine de prison à perpétuité, mais a été libéré en 1982.

Selon Pierre Dubuc, un collègue et ami de l'ex-felquiste, M. Rose n'a jamais regretté sa participation au Front de libération du Québec (FLQ).

«Souvent il me disait que s'il y avait eu des partis politiques de masse et progressistes dans les années 60, peut-être qu'ils n'auraient pas fait ce qu'ils ont fait. Mais c'était une autre époque», a affirmé M. Dubuc, directeur de la publication alternative L'aut'journal. Paul Rose collaborait à ce mensuel depuis plusieurs années.

L'an dernier, il avait prononcé un discours d'appui à la CLASSE dans le cadre de la grève étudiante.

Réactions

«Personne ne voulait l'embaucher, s'est rappelé Gérald Larose, qui était président de la CSN à l'époque. Il s'est présenté à la CSN et j'estimais qu'il avait payé sa dette et qu'il avait droit à des attentions pour obtenir du travail.»

M. Larose partageait les objectifs de Paul Rose sur l'indépendance du Québec mais estime qu'il a erré sur les moyens d'y arriver et en a payé le prix.

«Même si on est en total désaccord sur les moyens, il a marqué une étape au Québec, a-t-il dit. Qu'on le veuille ou non, les soubresauts violents d'une société font progresser cette société et s'il y a une chose qui a été claire par la suite c'est que plus jamais il n'y aurait de violence sur la question nationale. Il a payé cher une leçon collective mais que nous avons très bien apprise collectivement, c'est-à-dire qu'effectivement ce n'est pas par la violence qu'on va avancer.»

Cette analyse est entièrement partagée par Claude Castonguay, qui était ministre de la Santé dans le cabinet de Robert Bourassa au même moment où Pierre Laporte s'y trouvait.

«Pendant toutes les années 1960, il y a eu des attentats à la bombe, des menaces, il y a eu toutes sortes de choses, a-t-il dit. Le point culminant ç'a été l'assassinat de Pierre Laporte et je pense que les Québécois ont indiqué après cela qu'ils ne voulaient plus de violence dans les moeurs politiques.»

M. Castonguay déplore toutefois que la réflexion ait été plutôt courte en se limitant surtout aux opérations policières, à la Loi sur les mesures de guerre et ainsi de suite.

«J'aurais aimé que la réflexion et le débat aillent un peu plus loin et qu'on puisse voir s'il y avait certains changements qui auraient pu être apportés pour que ce genre d'événement ne se répète pas et que l'on s'adresse un peu à l'amélioration des conditions qui avaient créé ce climat», a précisé M. Castonguay.

Car il est clair, selon l'historien Jacques Lacoursière, que Paul Rose était un idéaliste et non un véritable terroriste.

«Il était très préoccupé par tout l'aspect social et c'est peut-être une des raisons pour lesquelles, avec son frère Jacques, Francis Simard et Bernard Lortie, ils ont un peu improvisé l'enlèvement de Pierre Laporte. Jacques Lanctôt (de la cellule Libération) n'était pas content quand les frères Rose et les autres ont enlevé Laporte parce que ça débalançait complètement leur prévision de l'évolution de la situation», a-t-il dit.

L'enquêteur de la Sûreté du Québec à la retraite Claude Lavallée, qui a avoué avoir enregistré illégalement les aveux de Paul Rose, confirme qu'il s'agissait d'amateurs.

«Paul Rose était un ancien jeune journaliste qui savait déjà que Pierre Laporte avait gagné ses élections avec de l'argent de Vincent Cotroni. C'est un coup de tête qu'ils ont fait. Ils voulaient faire peur au Québec, ils voulaient faire peur aux ministres, ce n'étaient pas des terroristes professionnels», a-t-il dit.

Le député Amir Khadir, d'ailleurs, n'a pas hésité un seul instant à lui rendre hommage, contrairement au Parti québécois et au Parti libéral qui se sont abstenus de tout commentaire.

«C'est une figure quand même importante du mouvement indépendantiste, a-t-il dit en entrevue. On peut partager comme lui les mêmes réserves qu'il avait sur son action passée, au sein du FLQ, mais personne ne remet en doute la sincérité du personnage, son dévouement, sa grande intégrité, probité intellectuelle», a dit M. Khadir.

Cette perte pour le mouvement souverainiste doit être soulignée par l'Assemblée nationale, a affirmé le député, qui a promis de déposer une motion la semaine prochaine afin de permettre aux parlementaires de s'exprimer.

«Ça montre encore une fois l'absence de courage de ce gouvernement, qui n'est pas capable d'assumer l'histoire, a-t-il dit. C'est une figure importante du mouvement indépendantiste québécois et j'invite tous les députés indépendantistes, incluant les ministres, à exprimer publiquement leurs condoléances.»

- Avec La Presse Canadienne

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer