Espion canadien: la GRC a été alertée par la FBI

Le sous-lieutenant Jeffrey Paul Delisle, âgé de 41... (Photo La Presse Canadienne)

Agrandir

Le sous-lieutenant Jeffrey Paul Delisle, âgé de 41 ans, a reconnu sa culpabilité à deux accusations relevant de la Loi sur la sécurité de l'information, ainsi qu'à une accusation d'abus de confiance, pour avoir vendu des informations «classifiées» de 2007 à 2012.

Photo La Presse Canadienne

Partager

La Presse Canadienne
Halifax

La Gendarmerie royale du Canada (GRC) avait été avertie par le FBI qu'un officier de renseignement de l'Armée canadienne faisait de l'espionnage au profit des Russes, selon des documents rendus publics jeudi.

 

 

 

 

À la demande du réseau CBC, la Couronne fédérale a consenti à rendre publiques des versions censurées de trois mandats de perquisition utilisés pour obtenir des preuves contre un officier de renseignement de l'armée canadienne qui a admis le mois dernier avoir communiqué des secrets militaires à la Russie.

Le sous-lieutenant Jeffrey Paul Delisle, âgé de 41 ans, a reconnu sa culpabilité à deux accusations relevant de la Loi sur la sécurité de l'information, ainsi qu'à une accusation d'abus de confiance, pour avoir vendu des informations «classifiées» de 2007 à 2012. Delisle travaillait à un centre de renseignement militaire ultrasecret à Halifax.

L'information «classifiée» à laquelle il avait accès était partagée par le Canada, la Grande-Bretagne, les États-Unis, la Nouvelle-Zélande et l'Australie.

L'un des documents rendus publics démontre que la GRC avait ouvert une enquête après avoir reçu une lettre du directeur adjoint du FBI, Frank Figliuzzi, qui lui faisait part des soupçons qui pesaient sur un officier de renseignement canadien.

La lettre a été expédiée le 2 décembre 2011, soit six semaines avant l'arrestation de Delisle.

Les parties accessibles des fichiers n'indiquent pas comment le FBI avait découvert cette brèche de sécurité. Mais elles indiquent que la GRC a reçu l'information de la part d'un spécialiste russe du contre-espionnage, Anthony Buckmeier, qui a joint les rangs du FBI en 1987.

Un mandat émis par la GRC indique que, compte tenu de la vaste expérience de Buckmeier, l'information était crédible.

La GRC a alors mis l'espion sous écoute électronique à partir de Montréal et amorcé son enquête sur le travail de Delisle. Ce dernier a été arrêté le 13 janvier 2012.

Les documents indiquent également que 23 transferts d'argent avaient été effectués entre le 6 juillet 2007 et le 1er août 2011 en provenance de Moscou et de l'Irlande.

Au cours de son enquête sur cautionnement en mars dernier, Delisle a déclaré s'être rendu à l'ambassade de la Russie à Ottawa pour offrir de vendre de l'information. Pendant cinq ans, l'espion a vendu des informations en échange de paiements.

La sentence doit être rendue le 10 janvier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer