Bande cyclable sur Saint-Zotique: aussitôt apparue, aussitôt disparue

Une bande cyclable de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie... (PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE)

Agrandir

Une bande cyclable de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a disparu moins de 12 heures après avoir été aménagée, la chaussée de la rue ayant été enlevée lors de travaux prévus de longue date.

PHOTO IVANOH DEMERS, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une bande cyclable de l'arrondissement de Rosemont-La Petite-Patrie a disparu moins de 12 heures après avoir été aménagée, la chaussée de la rue ayant été enlevée lors de travaux prévus de longue date.

«C'est du gaspillage. C'est quoi l'idée? Tu payes pour faire des lignes que tu enlèves aussitôt. Il me semble que tu fais les lignes après l'asphaltage», s'indigne Éric Lesage, résident du secteur.

Mardi soir, des cols bleus de l'arrondissement ont refait le marquage de la bande cyclable de la rue Saint-Zotique, entre les rues D'Iberville et des Écores. Ils ont notamment aménagé un espace pour éviter les «emportiérages», accidents où les cyclistes percutent les portières des automobiles garées en bordure de rue.

Cette intervention a surpris plusieurs résidants de la rue qui avaient reçu la semaine précédente une lettre les avisant que le revêtement de leur rue serait complètement refait. De fait, moins de 12 heures après l'apparition du marquage sur la chaussée, d'imposantes machines ont gratté puis enlevé la couche de surface de la rue. L'entrepreneur responsable des travaux a d'ailleurs déjà entrepris l'épandage d'une nouvelle couche d'asphalte.

«Je ne peux pas croire qu'ils ne le savaient pas. Des pancartes et des cônes étaient là!», dit un résident du secteur

Des panneaux orange indiquent en effet que des travaux d'asphaltage étaient prévus dans la rue du 3 au 17 juillet. Des interdictions de stationnement sont aussi disposées tout le long de l'artère, en plus de nombreux cônes balisant le secteur.

L'arrondissement dit qu'il était bien au fait du chantier, mais a tout de même jugé bon d'aller de l'avant avec le marquage de la bande cyclable. «On était au courant que des travaux étaient prévus à cet endroit, mais pour des questions de sécurité, on effectue le marquage même quand on sait que des travaux sont prévus», a indiqué une porte-parole de l'arrondissement, Judith Gratton Gervais.

«Il y a un manque de coordination»

Rosemont explique que les chantiers routiers accusent souvent du retard. L'arrondissement dit ainsi juger préférable de peindre les lignes sur le sol pour éviter de mettre en cause la sécurité des cyclistes. 

«On préfère les faire, quitte à les refaire quelques semaines plus tard», affirme Mme Gratton Gervais.

C'est ce qui se produira dans le cas de la rue Saint-Zotique. Le marquage de la bande cyclable sera refait une fois que le resurfaçage de l'artère sera terminé, d'ici la mi-juillet.

L'arrondissement dit suspendre ses travaux de marquage seulement si le responsable d'un chantier lui demande formellement de ne pas procéder au marquage.

«Il y a un manque de coordination, c'est clair», se désole néanmoins Éric Lesage.

Ce n'est pas la première fois qu'un tel cafouillage se produit à la Ville de Montréal.

L'été dernier, une portion de la rue des Écores, dans l'arrondissement voisin de Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension, avait été asphaltée à deux reprises en quelques semaines. Le service responsable d'aménager le réseau cyclable avait décidé de faire quelques réparations à la rue afin d'y implanter une piste. Or l'arrondissement avait lui-même décidé de refaire toute la surface en raison de sa dégradation. Les deux chantiers avaient eu lieu à trois semaines d'intervalle.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer