Saint-Léonard: le pavé de la discorde

Dans le Domaine des Grandes Prairies, où l'aménagement... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Dans le Domaine des Grandes Prairies, où l'aménagement du terrain a été fait aux frais des acheteurs, un modèle s'est imposé: grands espaces de stationnement, pavé, larges escaliers à l'avant.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un conflit vient d'éclater entre l'arrondissement de Saint-Léonard et une bonne cinquantaine de résidants d'un nouveau quartier accusés d'avoir abusé du pavé dans l'aménagement de leurs terrains. Alors que les autorités municipales exigent un virage vers le gazon et les plantes aux frais des résidants, plusieurs citoyens promettent de bloquer toute tentative de verdissement forcé de leur propriété.

«Les maisons ont coûté une fortune, le paysagement a coûté une fortune, on ne va quand même pas briser le pavé uni! On n'a plus de place pour la verdure, où voulez-vous qu'on la mette?», s'insurge Maria Viscosi.

De son balcon, elle fait un grand geste du bras pour embrasser le nouveau quartier où elle s'est installée avec son conjoint ces dernières années. Le Domaine des Grandes Prairies, à l'angle du boulevard du même nom et du boulevard Viau, est un des projets domiciliaires les plus récents de ce secteur de Montréal. Environ 70 maisons y ont poussé comme des champignons depuis quatre ans.

Les résidences construites par Développement Domont ont été livrées aux acquéreurs sur un terrain non aménagé. Les acheteurs ont procédé à l'aménagement à leurs frais. Un modèle s'est imposé: grands espaces de stationnement, pavé, larges escaliers à l'avant. À l'arrière, certains ont opté pour du gazon, d'autre pour de la pierre, du béton ou du pavé.

Manque de verdure

Au cours des dernières semaines, des dizaines et des dizaines de propriétaires ont reçu des lettres de l'arrondissement pour les prévenir que leurs terrains étaient non conformes. Les règlements de Saint-Léonard stipulent que 50 % des terrains doivent être occupés par des végétaux, dont 20 % à l'avant, du côté de la rue. Les autorités municipales demandent donc aux propriétaires de modifier les lieux à leurs frais. Ce qui en a enragé plus d'un. La semaine dernière, plusieurs ont pris le maire Michel Bissonnet à partie lors d'une séance du conseil municipal.

«Ils disent que nous sommes tous non conformes, alors que certains ont même embauché un architecte pour faire aménager leur terrain!», déplore Mme Viscosi, une citoyenne du quartier rencontrée hier par La Presse.

«Vous avez des maisons de 1 million ici avec un côté de la rue où les gens ne peuvent jamais se stationner. Ça n'a aucun sens. Plusieurs des familles ont deux ou trois voitures. On doit les stationner!», ajoute la résidante, en colère.

«Nous en avons parlé, nous sommes tous d'accord, nous allons résister et nous battre contre la Ville.»

Un peu plus loin, une autre voisine ne cache pas sa colère. «Je ne sais pas où ils veulent que je mette plus de gazon... à moins de faire des escaliers en gazon!», s'exclame Martha Miziolek.

La dame était convaincue de s'être conformée à toute la réglementation. «Il y avait une dame de la Ville qui était venue au début des travaux, elle avait regardé les plans et dit qu'on ne pouvait pas mettre le pavé jusqu'à la clôture. Elle était froide, presque hostile, mais nous avons fait ce qu'elle demandait, et j'ai cru que tout serait correct», raconte-t-elle.

«Plusieurs voisins sont très en colère. Les trottoirs ont été faits de façon à permettre une entrée de garage à deux places de large. Comment pouvions-nous savoir que nous ne serions pas conformes ? Tout le monde n'a pas 20 000 $ pour refaire son terrain. Nous payons assez de taxes, qu'ils nous laissent tranquilles», dit-elle.

Plusieurs solutions proposées

La directrice de l'aménagement urbain à l'arrondissement de Saint-Léonard, Johanne Couture, a tempéré les propos des résidants en entrevue avec La Presse, hier.

«Notre but n'est pas de défaire les aménagements. On veut informer, donner les balises, et travailler avec les gens en mode solutions. Par exemple, il est possible d'installer des bacs à fleurs permanents sur le pavé, ou de planter des végétaux à travers la pierre de rivière pour ceux qui en ont sur leur terrain», dit-elle.

Elle dit que plusieurs avis verbaux avaient été donnés à des gens du quartier au cours des dernières années, mais que certains modèles d'aménagement non conformes se sont malgré tout répandus. «Progressivement, il y a eu un effet d'entraînement. Un voisin fait une chose, un autre l'imite.»

Mme Couture ne veut pas parler d'amendes pour ceux qui refuseraient de se conformer à la demande de l'arrondissement. «On n'est pas rendus là», dit-elle. Elle ajoute même que la réglementation est quelque chose «d'évolutif» et qu'il serait possible éventuellement de l'adapter.

Elle souligne que le verdissement est important pour permettre l'absorption de l'eau de pluie par le terrain et éviter un écoulement trop abondant directement vers l'égout pluvial. Il améliore aussi la santé des résidants et diminue les îlots de chaleur. Une zone uniquement couverte d'asphalte et de pavé peut devenir étouffante en été. La végétation augmente aussi la valeur des propriétés.

Pas neutres, les entrepreneurs

La directrice ajoute que les propriétaires ne doivent pas tenir pour acquis que les travaux d'aménagement seront conformes simplement parce qu'ils sont réalisés par un entrepreneur qualifié.

«Les entreprises n'ont pas un rôle neutre! Plus elles vendent de brique ou de pavé, plus elles réalisent de gros aménagements, plus c'est rentable. Et parfois, elles viennent d'un autre quartier ou d'une autre région. Les citoyens doivent valider auprès de l'arrondissement», dit Johanne Couture.

Pour Christian Savard, spécialiste de l'aménagement urbain et directeur général de l'organisme Vivre en ville, ce dossier est un défi typique de notre époque. «Saint-Léonard, c'est le début de la ville et le début de la banlieue, deux modes de vie qui se rencontrent. Il y a un enjeu de densité, et avec notre dépendance à l'auto, c'est le verdissement qui en prend pour son rhume», explique-t-il.

«Mais la Ville est dans son droit, les gens sont tenus de connaître les règlements», dit-il.

Il croit qu'il faut s'interroger sur ce modèle même de nouveaux lotissements en milieu urbain. «Quand tu veux mettre beaucoup d'autos sur de tout petits lots, il ne reste pas beaucoup d'espace. C'est comme si on avait le pire des deux mondes: on n'a pas les avantages de la haute densité, où tu peux te mettre en commun pour faire un stationnement souterrain, et tu n'as pas non plus les avantages des bungalows des années 60 avec leurs grands terrains où c'était facile d'insérer une entrée», observe-t-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer