Grabuge à l'hôtel de ville: les pompiers paieront pour les dommages

Dans une lettre envoyée aujourd'hui aux médias, l'Association... (PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, archives LA PRESSE)

Agrandir

Dans une lettre envoyée aujourd'hui aux médias, l'Association des pompiers de Montréal dit «avoir perdu le contrôle de certains de ses membres» lors de cette manifestation qu'il souhaitait «bruyante, mais pacifique».

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, archives LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Près de trois ans après le «saccage de l'hôtel de ville», l'Association des pompiers de Montréal a officiellement présenté ses excuses et dédommagera la métropole pour les dommages subis dans le cadre du conflit sur leur régime de retraite. Au passage, le congédiement de six sapeurs sera modifié en suspension.

À la mi-mai, une entente de principe est intervenue entre la Ville de Montréal et le syndicat des pompiers. Celle-ci prévoyait que l'Association des pompiers présente des excuses publiques pour la manifestation du 18 août 2014 qui avait dégénéré à l'hôtel de ville.

C'est maintenant chose faite. Dans une lettre envoyée aujourd'hui aux médias, le syndicat dit «avoir perdu le contrôle de certains de ses membres» lors de cette manifestation qu'il souhaitait «bruyante, mais pacifique».

L'Association admet que «de nombreux incidents regrettables s'y sont produits», certains ayant pu «intimider» des élus présents au conseil municipal. Rappelons que leurs travaux avaient dû être suspendus en raison de l'irruption de plus d'une centaine de manifestants dans l'enceinte de l'hôtel de ville.

«L'Association des pompiers de Montréal tient à présenter ses excuses sincères aux membres du conseil municipal de Montréal», peut-on lire dans sa lettre.

Les pompiers verseront aussi une «indemnité compensatoire significative» pour les dommages subis par Montréal par les moyens de pression exercés depuis trois ans.

Au-delà de ces excuses et du dédommagement, l'entente prévoit que le congédiement de six pompiers à la suite du grabuge sera remplacé par une suspension disciplinaire. La suspension  prendra fin le 5 juillet. Les sanctions contre les 49 autres pompiers sont quant à elles maintenues.

Malgré cette entente, l'Association maintient sa contestation devant les tribunaux de la constitutionnalité de la Loi 15, sur le partage des coûts de leur régime de retraite.

Dans un communiqué, le maire Denis Coderre s'est félicité de cette entente. «On pourra maintenant tourner la page sur le passé et travailler sur l'avenir», a-t-il dit.

L'entente prévoit que la Ville paiera 55% du coût de déficits datant d'avant 2014 et 45% pour les pompiers. À partir de 2018, le partage des coût se fera à parts égales.

Les pompiers verront ainsi leur cotisation pour leur régime de retraite augmenter de 2,8% dès juin 2017, puis de 2,2% en janvier 2018. La cotisation de la Ville sera quant à elle réduite de 7% en janvier prochain.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer