Un commerce de Saint-Henri vandalisé: «C'est du terrorisme!»

Les vandales qui ont attaqué son commerce la... (Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Les vandales qui ont attaqué son commerce la nuit dernière n'ont laissé aucun tract ou graffiti dénonçant l'embourgeoisement du quartier. « Est-ce que c'est les mêmes personnes ? Je n'en ai aucune idée », dit Emmanuel Goubard.

Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

« C'est extrêmement violent, c'est extrêmement perturbant, mais il faut rester positif », tempère Emmanuel Goubard d'une voix posée. Le copropriétaire du restaurant 3734 dans le quartier Saint-Henri avait pourtant toutes les raisons d'être en furie jeudi matin. La nuit dernière, l'intérieur de son restaurant a été complètement aspergé de peinture blanche, le second acte de vandalisme perpétré en un an.

Vers 2h du matin la nuit dernière, une ou deux personnes ont défoncé la vitrine du commerce avec un extincteur rempli de peinture, puis ils ont fait rentrer un tuyau à l'intérieur du local pour asperger de la peinture. « Il y a de la peinture blanche sur les tables, sur tous les murs, les banquettes, tout, tout, tout est complètement dévasté », raconte Emmanuel Goubard. Aucun suspect n'a été arrêté selon le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) qui a visionné les caméras de surveillance avec M. Goubard.

« C'est un peu du viol quand même. Imaginez arriver chez vous, tout le travail que vous avez fait, toute l'énergie que vous mettez dans un endroit... tout est totalement dévasté par des individus qui défendent on ne sait pas trop quoi... C'est une violation. C'est ça qui est perturbant ! », dénonce Emmanuel Goubard qui refuse toutefois de s'apitoyer sur son sort. « Il n'y a pas de mort d'homme, c'est juste du matériel. On essaie d'être positif, on fait le ménage et ce soir, on va être ouvert ! », assure-t-il.

En mai 2016, le comptoir d'épicerie du 3734 - qui a été fermé depuis - avait été la cible d'une trentaine de vandales dénonçant les commerces « bourgeois » de Saint-Henri. Les casseurs masqués s'étaient rués dans le commerce vers 21h pour voler des paquets de saucisses et intimider les employés.

Cette fois, les vandales qui ont attaqué son commerce la nuit dernière n'ont laissé aucun tract ou graffiti dénonçant l'embourgeoisement du quartier. « Est-ce que c'est les mêmes personnes ? Je n'en ai aucune idée », dit Emmanuel Goubard.

Néanmoins, le restaurateur se défend mordicus de nuire au quartier, comme le soutiennent certains militants anarchistes. « Qu'est-ce qui est si dramatique de vouloir améliorer un quartier ? Vous pouvez manger le midi un quart de poulet sans hormone et une bonne salade à 14 $. On n'est pas des voleurs ! C'est de la bêtise, c'est de la violence. Ce qu'on souhaite, c'est de créer un dialogue. Mais je n'ai rien à leur répondre s'ils avaient le goût de discuter au lieu d'agresser, mais malheureusement c'est du terrorisme ! », lance-t-il.

Le SPVM a ouvert une enquête sur ce geste de vandalisme. « Les policiers du quartier sont vraiment à l'affût de ce genre de crimes-là et donnent une attention particulaire à ce secteur-là », indique l'agent Benoit Boisselle du SPVM. Le mois dernier, des vitrines de commerces ont été vandalisées dans le quartier Saint-Henri, notamment celles du restaurant Ludger et d'un bureau de Projet Montréal.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer