Une campagne de sensibilisation vise les jeunes femmes en vue du Grand Prix

«Il y a un recrutement qui s'intensifie à... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Il y a un recrutement qui s'intensifie à l'approche des festivités de la Formule 1», affirme Martine B. Côté, de la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES).

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Pierre Saint-Arnaud
La Presse Canadienne
MONTRÉAL

Les adolescentes et jeunes femmes de la grande région de Montréal peuvent s'attendre à voir des affiches et des tracts de sensibilisation contre l'exploitation sexuelle à l'approche du Grand Prix de Formule 1.

La campagne, lancée sous le thème «Un trop grand prix pour les femmes et les filles», vise surtout à prévenir celles-ci que le recrutement par des exploiteurs est en croissance à l'approche de l'événement et de garder l'oeil ouvert et l'esprit méfiant.

«Il y a un recrutement qui s'intensifie à l'approche des festivités de la Formule 1», affirme Martine B. Côté, de la Concertation des luttes contre l'exploitation sexuelle (CLES).

Ce recrutement fait systématiquement miroiter la possibilité de réaliser des gains importants et rapides tout en vivant la grande vie de luxe.

«On leur propose un coup d'argent rapide, une fin de semaine de luxe, mais au final on parle d'exploitation sexuelle», rappelle Mme Côté, ajoutant que la marge entre l'illusion et la réalité est énorme et sa découverte, brutale.

«C'est une fin de semaine très éprouvante pour les femmes qui sont dans le milieu: on leur demande d'être disponibles des 12 heures par jour et les prix sont cassés», précise-t-elle, expliquant que l'offre devient aussi abondante sinon plus que la demande.

«Les femmes nous disent que ce n'est pas vrai qu'elles font tant d'argent que ça durant le Grand Prix, parce qu'il faut défrayer toutes sortes de choses: des vêtements chics, contribuer à l'hôtel, etc.»

Formule E: nouvelles préoccupations

Par ailleurs, les organismes qui sont derrière l'initiative sont particulièrement inquiets de voir qu'un deuxième événement, le Grand Prix de Formule électrique, fait également sa mise en marché en exploitant l'image de la femme-objet.

«Si on regarde le marketing, l'imagerie de la Formule E, il semblerait que ce n'est pas parce que c'est électrique que ce n'est pas sexiste, parce qu'on y voit une objectivation du corps des femmes», note avec dépit Martine B. Côté, qui s'interroge sur cette fixation.

«Il semble y avoir un lien entre la culture automobile et l'objectivation des femmes, qu'on parle de Formule 1, de Formule E ou d'autres», note-t-elle, soulignant que cette association dépasse largement l'industrie du sexe pour affecter les femmes en général.

«Quand vous êtes une femme qui travaille au Grand Prix, vous avez un boulot en bonne et due forme, vous vendez des objets promotionnels, par exemple, vous allez être victime d'un harcèlement assez intense, raconte Mme Côté. C'est comme si ça faisait partie d'un ensemble, les femmes, la prostitution, dans la tête de bien des clients, il ne semble pas y avoir beaucoup de distinction qui se fasse», laisse-t-elle tomber avec une note de découragement.

Les organismes concernés - outre la CLES, on retrouve le Y des femmes de Montréal et le Comité d'action contre la traite humaine interne et internationale (CATHII) derrière la campagne de sensibilisation - ont installé et distribué des centaines d'affiches et de tracts dans les centres jeunesse, les maisons de jeunes, les cliniques de santé sexuelle, des cafés et plusieurs autres lieux fréquentés par des jeunes.

La campagne a cours à Montréal, Laval et Longueuil et comprend également un site web de sensibilisation, le www.untropgrandprix.com.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer