Élections à Montréal: les partis s'affairent à remplir leurs caisses

En prévision des élections municipales qui auront lieu... (PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

En prévision des élections municipales qui auront lieu en novembre, les partis politiques de Montréal s'affairent à recueillir des dons et à organiser des cocktails de financement.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les partis municipaux de Montréal s'activent à l'aube des élections de novembre. Équipe Coderre a récolté la part du lion des dons en 2016, mais traîne toujours une importante dette. Pendant ce temps, l'opposition à l'hôtel de ville continue à garnir son trésor de guerre.

La formation du maire Denis Coderre a reçu tout près de 280 000 $ en dons en 2016. Cette récolte a néanmoins été insuffisante pour effacer la dette du parti à la suite des élections de 2013. Celle-ci s'établit désormais à 157 000 $, un boulet qui n'inquiète pas le maire. «Ce n'est pas la première fois [qu'un parti va en campagne endetté], et d'autres partis sont dans cette situation, alors ça ne me dérange pas.»

Équipe Coderre a organisé pas moins de 13 cocktails de financement en 2016. «On fait une série de rencontres et cocktails et ça va bien», a résumé le maire. L'événement le plus lucratif a eu lieu le 25 mai. Les 787 billets vendus 200 $ chacun ont permis de récolter 157 400 $ pour cette seule soirée.

Selon ses états financiers, Équipe Coderre peut compter sur une armée de 112 solliciteurs de fonds, principalement d'élus municipaux.

Projet garnit ses coffres

Face à Équipe Coderre, Projet Montréal a pour sa part récolté pour près de 170 000 $ en dons en 2016. La formation, qui a rapidement remboursé sa dette à la suite des élections de 2013, a ainsi pu continuer à garnir ses coffres, et dispose désormais de 226 000 $ en banque. «Après 12 ans d'existence, Projet Montréal n'a jamais eu une aussi bonne santé financière que depuis le départ de Richard Bergeron», a lancé la chef Valérie Plante.

Projet Montréal a pour sa part organisé 10 cocktails de financement l'an dernier. Son plus lucratif a eu lieu le 30 mai et lui a permis de récolter 48 500 $.

Situation précaire pour les tiers partis

La situation des autres partis municipaux est toutefois beaucoup plus précaire. Vrai changement pour Montréal continue à se remettre difficilement du départ de sa fondatrice, Mélanie Joly. La formation a récolté à peine 2400 $ en dons en 2016. S'il n'a aucune dette, le parti ne dispose que de 7000 $ dans ses coffres. «On n'a pas fait de gros efforts de financement parce qu'on était en réorganisation», a indiqué la nouvelle chef, Justine McIntyre.

Coalition Montréal, le parti fondé par feu Marcel Côté, a quant à lui vu sa dette déjà considérable encore s'alourdir en 2016. Elle se chiffre désormais à 277 000 $. La formation a recueilli seulement quatre dons, pour un total de 1000 $. Devant ces résultats, les comptables chargés d'évaluer les états financiers ont émis un «doute important sur la capacité du parti à poursuivre ses activités».

Marvin Rotrand, qui a pris la tête de Coalition Montréal en décembre, a indiqué que les membres seront invités à se prononcer lors d'un congrès en juin sur l'avenir de leur parti. Deux options s'offrent : fermer boutique ou présenter des candidats dans un nombre limité de districts.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer