Des employés radicalisés à Montréal-Trudeau?

Seuls quatre à six agents du Service de... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Seuls quatre à six agents du Service de police de la Ville de Montréal sont armés en tout temps - outre les douaniers - à l'aéroport Montréal-Trudeau.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Deux employés de l'aéroport Montréal-Trudeau montrant d'inquiétants signes de radicalisation avaient accès à la zone sécurisée du tarmac jusqu'à récemment, a rapporté l'émission J.E. mardi soir, dans un reportage remettant en question le niveau de sécurité de l'aéroport montréalais. Ces deux hommes partageaient sur Facebook des vidéos de propagande du groupe terroriste État islamique (EI).

La direction de l'aéroport a récemment muté un employé dans un secteur de l'aéroport non sécurisé, puisque ce dernier était soupçonné par les policiers de s'être radicalisé, selon l'émission J.E.. Cet homme avait un intérêt marqué envers le groupe État islamique et faisait l'apologie du groupe armé sur internet. Cet employé qui avait auparavant accès aux pistes d'atterrissage s'était également procuré de nombreux livres sur les armes d'assaut.  

Un de ses collègues de l'aéroport, un homme d'une quarantaine d'années originaire d'Afrique du Nord, diffusait sur Facebook des vidéos de propagande de l'EI et appuyait les idées des Frères musulmans, avance J.E.. Cet ancien résidant de Montréal travaillant au ravitaillement des avions aurait toutefois quitté le pays il y a quelques mois, mais serait resté en contact avec plusieurs travailleurs de l'aéroport.

Pas moins de 14 000 cartes d'accès aux zones sécurisés de l'aéroport émises par Transports Canada sont en circulation, selon l'émission J.E. qui a montré qu'un employé muni de cette carte pouvait accéder sans soucis à un avion Airbus vide sans être fouillé et sans passer par un détecteur de métal. 

Les autorités de l'aéroport ont récemment suspendu la carte d'accès de quatre employés par mesure de précaution, dont deux travaillent toujours à l'aéroport. L'un d'entre eux a été congédié pour avoir suggéré d'imiter les attentats de Paris de 2015 à Montréal, soutient J.E..

Seuls quatre à six agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sont armés en tout temps - outre les douaniers - à l'aéroport Montréal-Trudeau et ceux-ci n'ont pas accès à des armes longues, contrairement à l'aéroport Pearson à Toronto qui compte sur une unité tactique.

Ainsi, selon une source de J.E., les forces policières peineraient à réagir rapidement à un attentat à l'aéroport Montréal-Trudeau, à l'instar de l'attaque de l'aéroport Fort Lauderdale qui a fait plusieurs morts.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer