SPVM: Martin Coiteux donne sa confiance au chef Philippe Pichet

Martin Coiteux... (Archives La Presse)

Agrandir

Martin Coiteux

Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Satisfait des mesures que le chef de police de Montréal propose de prendre pour rétablir la confiance envers le SPVM, le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, a finalement accordé sa confiance à Philippe Pichet. Le rapport détaillant cette sortie de crise sera rendu public vendredi lors d'une rencontre ouverte au public.

Philippe Pichet... (Photothèque La Presse) - image 1.0

Agrandir

Philippe Pichet

Photothèque La Presse

Québec a déclenché il y a un mois deux enquêtes, une criminelle et une administrative, sur le corps policier après des révélations de l'émission JE, à TVA, sur de possibles fabrications de preuve au service des enquêtes internes du corps policier montréalais. Ces révélations venaient s'ajouter aux informations diffusées sur l'écoute de journalistes, qui a mené à la mise en place d'une enquête publique sur la protection des sources journalistiques.

Devant cette importante crise secouant le SPVM, le ministre Martin Coiteux avait refusé d'accorder sa confiance au chef de police, disant attendre le résultat des enquêtes. Vendredi, il a reçu un rapport de Philippe Pichet sur les étapes à prendre pour rétablir la confiance et s'est montré très satisfait, y voyant une «pièce importante pour rétablir la confiance» des Montréalais.

«Il m'a convaincu de sa détermination. C'est un plan très complet. J'ai confiance en lui, forcément», a dit le ministre Martin Coiteux, en entrevue à Radio-Canada ce matin.

Le rapport n'a pas été rendu public pour le moment. À la demande du chef Pichet, cette tâche reviendra à la commission de la sécurité publique de Montréal, qui doit se réunir mercredi, pour ensuite le diffuser vendredi au cours d'une séance à laquelle le public pourra se faire entendre. Ce groupe d'élus montréalais responsables de veiller aux activités du SPVM siège normalement à huis clos, mais des rencontres publiques auront lieu pour tenter de dissiper la crise de confiance.

Parmi les rares détails ayant filtré du rapport, le ministre Coiteux a indiqué qu'un spécialiste en éthique, Yves Boisvert, du Centre de recherche sur la gouvernance (CERGO), va se joindre au commandant Pichet. Celui-ci devra le conseiller pour prévenir le corps policier de toute dérive éthique.

Le maire Denis Coderre a salué le rapport du chef Pichet, estimant qu'il avait bien fait de résister aux pressions de l'opposition qui réclamait sa démission. «On a besoin d'une stabilité. M. Pichet, c'est l'homme de la situation. Il a l'appui de l'ensemble de ses cadres et il a commencé à faire le ménage», a-t-il dit.Cette sortie a laissé sur sa faim le député Pascal Bérubé, critique en sécurité publique pour le Parti québécois, qui y voit une simple opération de relations publiques. «Tout ce qu'on a appris, c'est que le ministre fait confiance au chef Pichet. Ce n'est pas prématuré qu'il nous le dise...»

M. Bérubé note que le ministre fait appel à la commission de la sécurité publique pour sortir le SPVM de la crise au moment même où Québec propose de lui retirer plusieurs pouvoirs à ce groupe d'élus dans le projet de Loi sur la métropole. Celui-ci enlèvera l'obligation faite à la Ville de Montréal de la consulter pour analyser le budget du SPVM, sur les objectifs à atteindre ou le nombre de policiers.

Le maire Denis Coderre doit réagir cet après-midi.

Appel à la négociation

Rétablir la confiance prendra la collaboration de la Fraternité des policiers, a par ailleurs également prévenu le ministre Coiteux. Il a lancé un appel au syndicat des agents pour en arriver à une entente dans le renouvellement de leur convention collective.

Le ministre indique que des rapprochements ont eu lieu au cours des derniers jours, mais que faute d'entente, il compte imposer un règlement. «Si ça ne devait pas donner un résultat rapidement, bien franchement, on en est arrivés au stade où je vais proposer une [Loi spéciale] si nécessaire et je ne vais pas hésiter une seconde», a prévenu le ministre.

Pascal Bérubé s'explique mal ces précisions du ministre, soulignant que la crise de confiance n'avait aucun avec l'uniforme porté par les policiers ou les négociations pour leur convention collective.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer