Cuisine de rue: Montréal modifie sa recette

En 2016, la gestion du calendrier des camions...

Agrandir

En 2016, la gestion du calendrier des camions de cuisine de rue a coûté 120 000$ à la Ville de Montréal.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Montréal change d'approche pour gérer la cuisine de rue, l'ancien système ayant laissé plusieurs restaurateurs sur leur faim et sa facture étant devenue trop importante au goût de la Ville. La métropole compte mettre en place un système à la carte afin de permettre aux restaurateurs de réserver un emplacement et de payer en fonction de l'affluence.

FACTURE TROP SALÉE

Après avoir permis le retour de la cuisine de rue sur son territoire, Montréal avait mandaté une firme pour gérer l'occupation de chacun des emplacements où les camions étaient autorisés à se garer. La métropole a toutefois rapidement constaté que la facture pour gérer ce calendrier était plutôt salée, puisqu'il en a coûté 120 000 $ pour la seule année 2016. « Cette façon de faire exigeait beaucoup de travail, ce qui a entraîné une augmentation des coûts de gestion du calendrier au fil des ans », constate la Ville dans un document. De leur côté, plusieurs restaurateurs déploraient ne pas avoir accès aux emplacements payants. « Utiliser des algorithmes et une attribution aléatoire des emplacements, ça ne marchait pas très bien », constate Gaëlle Cerf, vice-présidente de l'Association des restaurateurs de rue du Québec.

SYSTÈME À LA CARTE

Montréal a ainsi décidé de revoir son approche en misant sur un système de réservation en ligne. Les restaurateurs pourront ainsi réserver un emplacement deux semaines à l'avance. Chaque location sera facturée à la journée en fonction de l'affluence. Il en coûtera ainsi 70 $ par jour pour occuper les endroits les plus recherchés, contre à peine 10 $ pour les moins populaires. Pour éviter d'alourdir la facture pour les restaurateurs, la somme demandée pour l'obtention d'un permis de camion de cuisine de rue sera considérablement réduite. La note passera de 2075 $ par an à 350 $, et de 1215 $ à 300 $ pour la période estivale uniquement. Un permis hivernal de 50 $ sera également introduit. « Si on se base sur le nombre de sorties en 2016, la Ville prévoit que les revenus seront équivalents aux frais de gestion du calendrier pour l'année 2017 », a expliqué une porte-parole de la Ville de Montréal, Dorothée Philippon.

CHANGEMENTS BIEN ACCUEILLIS

L'Association des restaurateurs de rue du Québec applaudit à ce changement qui viendra corriger plusieurs inconvénients pour ses membres. D'abord, l'utilisation des emplacements sur rue représente pour plusieurs une activité complémentaire. « La réalité de la cuisine de rue, c'est de faire du traiteur privé, d'être présent lors des gros événements et, après, de remplir le calendrier avec les emplacements sur rue », explique Gaëlle Cerf. Payer un permis annuel onéreux pour un accès limité à des emplacements de choix rebutait plusieurs restaurateurs. L'organisation voit aussi d'un bon oeil le fait de moduler le prix demandé par emplacement. « Mettre un prix fixe sur des sites pas rentables, ça ne vaut pas la peine », estime Gaëlle Cerf.

CENTRE-VILLE PAYANT

Après quelques années dans les rues de Montréal, l'Association des restaurateurs de rue dit avoir constaté que certains emplacements sont nettement plus fréquentés que d'autres. Les camions sont ainsi très populaires au centre-ville, près des tours de bureaux, comme à la place du Canada, au square Victoria ainsi qu'à la Cité du multimédia. À l'inverse, d'autres emplacements sont payants seulement certains jours de la semaine. C'est notamment le cas de celui situé au pied du mont Royal. Peu fréquenté en semaine, il devient extrêmement lucratif les dimanches, durant les tam-tam.

SYSTÈME ÉPROUVÉ

L'Association des restaurateurs de rue du Québec recevra 132 000 $ sur deux ans de Montréal afin de gérer ce nouveau calendrier. Pour ce faire, elle a acquis un système qui a fait ses preuves aux États-Unis, Lotmom. Douze villes utilisent ce système, dont Los Angeles, connue comme la Mecque de la cuisine de rue. « Il est testé, ça devrait donc bien aller », assure Mme Cerf. Pour assurer une certaine équité auprès des restaurateurs, le système empêchera de réserver le même emplacement deux jours de suite. Pour les endroits les plus convoités, la période d'attente entre deux réservations pourrait même aller jusqu'à 10 jours.

LA CUISINE DE RUE À MONTRÉAL EN CINQ DATES

2013 : Montréal met en place un projet-pilote dans Ville-Marie.

2014 : Rosemont-La Petite-Patrie se joint au projet-pilote.

2015 : Montréal donne officiellement le feu vert au retour de la cuisine de rue en adoptant un règlement encadrant la présence des camions.

2016 : La Ville met en place un calendrier pour encadrer l'accès aux emplacements où la présence des camions de cuisine de rue est autorisée.

2017 : Montréal revoit son système de gestion de la vingtaine d'emplacements où les camions de cuisine de rue sont autorisés.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer