Un autre commerce, l'Anticafé, vandalisé dans Hochelaga

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Salut David! J'ai amené un nouveau client : mon frère de la Colombie-Britannique. On est venu t'encourager aujourd'hui, on s'est dit que tu en aurais besoin.»

David Chevrier salue la cliente et la remercie. Comme plusieurs autres habitués de l'endroit, elle a appris par les réseaux sociaux que la vitrine de l'Anticafé Hochelaga-Maisonneuve avait été fracassée dans la nuit de samedi à dimanche.

«C'est la police qui m'a appelé à 5 h du matin pour me le dire. J'étais certain que c'était une blague», raconte David Chevrier, propriétaire de l'Anticafé. Son café de la rue Ontario s'est ajouté à la vingtaine d'autres commerces d'Hochelaga qui ont été la cible de vandales depuis un an. Des caméras de surveillance ont filmé le méfait.

«C'était clairement prémédité. On voit la personne qui prend le temps de regarder si quelqu'un est à l'intérieur. Il s'enroule un morceau de tissu pour se protéger et il crisse un coup de poing dans ma vitrine», décrit-il.

David ne décolère pas. En soirée, il a finalement repéré sur ses enregistrements le geste qui lui a coûté 1200 $ en réparations.

«J'étais certain que c'était une blague», raconte David... (PHOTO FOURNIE PAR DAVID CHEVRIER) - image 2.0

Agrandir

«J'étais certain que c'était une blague», raconte David Chevrier, propriétaire de l'Anticafé, au sujet de l'appel de la police pour lui annoncer que son commerce venait d'être vandalisé.

PHOTO FOURNIE PAR DAVID CHEVRIER

La popularité et non la mission?

Assis à côté de lui, Jacques Grenier, un fidèle client, tend l'oreille et apprend du même coup que le commerce a été vandalisé.

«Ben voyons donc! Je ne comprends pas... Toi? Ton commerce?», lance à David l'homme qui habite le quartier depuis 57 ans. «Born and raised» dans Hochelaga, comme le veut l'expression.

«Peut-être que ce n'est pas ton commerce en soi, mais plus le côté populaire de ton café. Ça attire des gens dans le coin et ça augmente la qualité de vie dans le quartier», suggère M. Grenier, qui «peut comprendre que certaines personnes se sentent tassées du quartier».

Dans son commerce, les visiteurs enfilent des pantoufles, s'assoient parmi les objets hétéroclites du café-brocante et, pour 3 $, ils peuvent boire du café et manger des biscuits à volonté. Ils peuvent même apporter leur lunch.

«Il y a toute sorte de monde qui vient ici. J'ai même des itinérants. Une madame sur l'aide sociale m'a serré presque en pleurant l'autre jour. Elle me disait que c'était la première fois qu'elle pouvait se payer un café latté», raconte en entrevue l'entrepreneur, qui estime que son commerce est à l'antipode de ce à quoi s'opposent les groupes anti-embourgeoisement.

Encore et encore

Le maire de l'arrondissement, Réal Ménard, invite la population à soutenir les commerçants.

«La seule façon de répondre, c'est d'être massivement présents sur la rue Ontario pour démontrer qu'on ne se laissera pas intimider», a dit le maire Ménard, dimanche.

En 2016, il y a eu six vagues de vandalisme dans le quartier, la plus récente ayant été à la fin du mois de novembre, quand cinq commerces de la rue Sainte-Catherine Est ont été vandalisés. Le Service de police de la Ville de Montréal avait alors indiqué qu'il ignorait si ces gestes étaient toujours commis par les mêmes individus.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer